Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Articles récents

Inflation US : détail

14 Septembre 2021 , Rédigé par jean-christophe duplat

"L'inflation reste maîtrisée"

 

Lire la suite

S&P 500 : +100% depuis les plus bas

14 Juillet 2021 , Rédigé par jean-christophe duplat

 

Lire la suite

première quinzaine de juillet sur 70 ans

21 Juin 2021 , Rédigé par jean-christophe duplat

Rallye boursier devenu traditionnel de fin juin à mi-juillet

Lire la suite

Analyse d'une première correction sur les marchés

7 Mars 2021 , Rédigé par jean-christophe duplat

La petite correction à laquelle on assiste depuis 7 séances peut préfigurer la suivante. Non pas qu'elle puisse arriver immédiatement ou à court terme, car il y a des attentes assez fortes aux Etats-Unis sur une poursuite de la fuite en avant avec émission de nouveaux chèques Covid qui seraient offerts fin mars, et qui devraient donc faire retoucher des sommets aux marchés. On en a d'ailleurs eu un avant-goût ce vendredi 5 mars, après la capitulation des marchés européens, lorsque le Nasdaq a vivement rebondi..à partir de 17h30..pour clôturer en hausse supérieure à 1,5% après avoir ouvert en baisse de 2%. 

Si la "panique" de ces derniers jours peut se résumer à un Xième débat sur le bilan des banques, qui se battent pour continuer à ne pas devoir inclure les aides phénoménales obtenues de la Fed dans leurs ratios de solvabilité au-delà de l'année de baxter déjà obtenue, on peut déjà se pencher sur la sensibilité des différents secteurs à une baisse généralisée des marchés. 

Dans l'ordre, réaction sur les quinze derniers jours de l'or, du pétrole, du Bitcoin, des large caps, des small caps 'value'. 

Et, surprise ou pas, ce sont les valeurs pétrole qui en profitent. On note aussi la moindre inflexion des petites valeurs décotées lors de la baisse, et leur plus grande capacité de rebond, recherchées en fin de correction. 

 

 

Lire la suite

Le vrai bilan de Donald Trump, 2016-2020

8 Février 2021 , Rédigé par jean-christophe duplat

A l'allure à laquelle les choses tournent et les mentalités évoluent, il se pourrait que tout souvenir de Donald Trump soit effacé des tablettes. Or il s'est probablement agi de la meilleure présidence, et la plus libérale, des USA depuis les années Reagan. Mais le mot libéral attise les passions et est maintenant assimilé au démon. Le socialisme mondialisé, le bien-nommé progressisme, a fait bien des dégâts, dont de nombreux clivages qui nous semblent irréversibles. Certains points de vue sont devenus totalement inaudibles. 

Passons le côté haut en couleurs du 45ème Président des Etats-Unis, et concentrons-nous sur les chiffres de son mandat :

L'économie déclinait en 2014-2015, juste avant son arrivée. Son programme "Jobs act and Tax Cut" de 2017 a permis d'assouplir les réglementations qui bridaient l'économie américaine, a libéré les acteurs de l'énergie - pétrole, gaz de schiste, charbon (puisque parler nucléaire est devenu "très mal") - encouragé l'essor de la pharma générique et la baisse des prix des médicaments. Sans compter l'annulation des mesures prises par son successeur - une icône que l'on n'est pas autorisé à critiquer - en termes de fiscalité et de réglementations environnementales, toutes plus lourdes les unes que les autres. 

Taux de chômage : Retour du plein emploi. 3.5% au plus bas, jamais vu depuis août 1969. L'événement extérieur, la Covid19, étant venu mettre un terme à cette météo radieuse, le portant à 14.8% en avril 2020. Mais les mesures mises en place ont permis une résilience extraordinaire à l'économie américaine : le taux de chômage est redescendu à 6.3% en l'espace de huit mois. 

Revenu moyen : jamais le revenu moyen des ménages américains n'avait atteint un tel niveau, à près de 69'000 USD/an 

Les chiffres relatifs au taux de pauvreté, à la précarité des enfants et des minorités, soigneusement cachés par les media et les réseaux sociaux durant la (pseudo-) campagne, montrent un déclin manifeste : 4 millions de personnes sont sortie de la misère entre 2017 et 2020, revenant aux plus bas de 1959, le taux de chômage des noirs s'établit à 5.4% (pour un minimum de 7.8% durant les 8 années Obama), salaire hebdomadaire médian de cette minorité noire qui a augmenté de 19% en 3 ans, pour +11% au bout de 8 ans pour son prédécesseur.

Pic de productivité suite aux mesures d'encouragement fiscal : 

idem pour la production industrielle : 

 

Et une dette stabilisée (en %age du PIB) après des années d'errance, et avant cette crise sanitaire qui nous est arrivée de loin

Bref, l'esprit critique devrait prévaloir, mais l'on sent bien que ce sujet est devenu très épidermique et doit faire face à une opposition très très marquée. 

Lire la suite

AirBnb et les IPO ayant fait + de 100% au premier jour de cotation

13 Décembre 2020 , Rédigé par jean-christophe duplat

AirBnb a fait une entrée fracassante en bourse ce 10 décembre. AirBnb n'a aucun actif immobilier, et vaut 69 milliards de dollars, soit 15 fois ses revenus. C'est une capitalisation 7 fois supérieure à celle d'Accor, ou encore 10 fois celle de Hyatt. L'ancien AirBedandBreakfast enregistre des pertes opérationnelles de -500 millions. 

Pour son premier jour de cotation sur le Nasdaq, le titre a ouvert à 146 dollars, rejoignant tès vite les 165 dollars. Nettement au-dessus du prix de l'offre qui était de ..68 dollars. C'est un prix plus que doublé en une seule journée.

Tiens, par année, quel est le nombre d'introductions boursières ayant plus que doublé lors de la première séance de cotation ?  

2010 : 0
2011 : 1
2012 : 1
2013 : 6
2014 : 6
2015 : 5
2016 : 1
2017 : 1
2018 : 1
2019 : 3
2020 : 19

A mettre en relation avec l'impression monétaire des banques centrales et les "plans de relance" qui se succèdent, réjouissant visiblement seulement ceux qui peuvent les annoncer, comme toujours  "après d'âpres négociations et abouti au terme d'un accord arraché la nuit"

 

 

Lire la suite

Vix < 20, son historique

1 Décembre 2020 , Rédigé par jean-christophe duplat

Le Vix est passé brièvement sous les 20 vendredi dernier, le 27 novembre. Nous ne sommes pas encore en excès d'optimisme sur cet indicateur - qui inviterait à la vente, seuil qui se situe plutôt autour des 16.30, comme nous indiquent les Bollinger. 

Ci-dessous l'historique du Vix sur les 30 dernières années et le nombre de jours durant lequel, chaque année, cet indicateur est resté au-dessus du seuil des 20 points. 

Si on le met en relief avec la performance des marchés, il s'ensuit en général une reprise de souffle de court terme avant de repartir plus haut

 

Lire la suite

Performance jour par jour des actions sur 70 ans

28 Octobre 2020 , Rédigé par jean-christophe duplat

Pour les fétichistes : aujourd'hui, 28 octobre, devrait être un jour "vert" ; il s'agit du jour où le SP500 enregistre statistiquement sa meilleure performance individuelle de l'année

Il n'en est rien, sauf surprise de fin de journée. 

 

Lire la suite

La bulle boursière pour les nuls

4 Septembre 2020 , Rédigé par jean-christophe duplat

·       Il a fallu 7 ans à Tesla pour atteindre une valorisation de 51 milliards de dollars. Le 31 août 2020, jour de la division du titre, elle a grimpé en une séance de 51 milliards de dollars ;

·       Ces deux dernières séances (2 et 3/9/2020), Apple a perdu 365 milliards de dollars. C’est la somme des capitalisations boursières de 493 sociétés des 500 que compte le S&P 500 ;

·       PIB de l’Espagne : 1.420 mia$ ; PIB de l’Italie : 2.820  mia$ ; PIB de la France : 2.780 mia$ ; PIB de l’Allemagne : 3.950 mia$

Capitalisation boursière de Microsoft : 1.720 mia $ ; Amazon : 1.740 mia $ ; Apple : 2.230 mia $

·       PIB de l’Afrique entière : 2.500 mia $ = la valeur de Apple ;

·       Sur la seule séance d’hier, 3/9/2020, les Fangman (Facebook, Apple, Netflix, Google, Microsoft, Amazon, Nvidia) ont perdu 500 mia $ de capitalisation. C’est l’équivalent du PIB de la Belgique ou de la Suède.  

Lire la suite

Contrarien - des secteurs sous-évalués, d'autres en bout de cycle

26 Août 2020 , Rédigé par jean-christophe duplat

Tandis que l'on assiste à des formations de courbes paraboliques sur certaines valeurs et secteurs, il y a aujourd'hui paradoxalement des secteurs historiquement sous-évalués. 

Dans la première catégorie nous trouvons des valeurs individuelles comme Apple (une capitalisation de 2000 miaUSD, l'équivalent du PIB italien) ou Tesla (que l'on paie plus de 1050 fois le bénéfice annuel), et plus globalement les valeurs technologiques du Nasdaq, qui ont dorénavant atteint des valorisations plus élevées que lors de l'éclatement de la bulle internet de 2001. 

ou le secteur des biens de consommation courante et l'avènement de valeurs comme Beyond Meat, réputées révolutionnaires donc à payer très cher

Face à ces exhubérances, on trouve le secteur le plus délaissé du moment : celui des valeurs énergétiques (pétrole et gaz).

C'est bien simple, ce secteur n'a jamais été aussi bon marché que pour le moment. 

 

Lire la suite
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 > >>