Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Deutsche Bank : interactions avec les autres banques

30 Septembre 2016 , Rédigé par jean-christophe duplat Publié dans #Marchés financiers

Deutsche Bank : interactions avec les autres banques

“Deutsche Bank inquiète” titrent les media… La propension des marchés à oublier , pour ensuite redécouvrir soudainement ce qu’ils ont repoussé à plus tard, est fascinante. Les subprimes étouffant le produit bancaire mi-2007 a été nié puis repoussé jusqu’en septembre 2008, lors de la faillite de Lehmann et des multiples augmentations de capital devenues urgentes pour d’autres établissements.

La Grèce – qui parle encore de la Grèce ? – où aucune restructuration des finances publiques n’a encore été faite - n’est, en attendant la prochaine mise sous les projecteurs, que renflouée à concurrence de dizaines de milliards tous les trois mois par le contribuable européen, en contrepartie d’une impression massive de billets par la BCE.

Aucune mesure de grande envergure pour renverser le cours des chose. Mais il y a bien l’instauration d’une loterie ( !) pour tenter de réveiller l’instinct citoyen et surtout, sous l'oeil bienveillant des institutions européennes, de contrôler le cash en circulation.

Dans les événements qui bégaient, on trouve aussi la Monte dei Paschi, banque italienne en mort cérébrale que l’on devrait aussi tôt ou tard réalimenter avec une ration de survie. La seule question à laquelle tente de répondre la gouvernement de Matteo Renzi : peut-on encore obtenir un énième renflouement de la Troïka (Bail-out) ou doit-on, vraiment-mais-vraiment, dorénavant procéder à un renflouement par la ponction des dépôts des clients (Bail- in), auquel cas le gouvernement va tomber ?

Deutsche Bank maintenant, dont on sait depuis des années qu’elle est sous-capitalisée, que les actionnaires ont déjà renflouée à concurrence de 13.5 milliards depuis 2009 (argent qui a servi à distribuer 19.3 mia de bonus sur la même période) et que la BCE le contribuable subsidie gracieusement depuis 8 ans .Rappelons également que la taille du portefeuille de produits dérivés de cette banque culminait à 75 trillions ( 75 suivi de 12 zéros ; c’est 20 fois le PIB de l’Allemagne) avant qu’elle ne soit forcée de le réduire, à environ 46 trillions actuellement. Et la course au deleveraging doit continuer sous peine de faillite renflouement. Ou de fusion d’urgence avec une autre banque européenne. Une énième activation de l’assurance-vie des établissements financiers.

Car les interactions avec les autres banques sont immenses, et le jeu de domino est trop risqué. Comme le montre cet extrait du rapport de juin 2016 du FMI.

 

 

Deutsche Bank : interactions avec les autres banques

Pendant ce temps, l’once d’or est toujours orientée positivement et devrait rebondir une nouvelle fois, en cette fin de mois de septembre, comme il le fait tous les mois depuis avril..

Deutsche Bank : interactions avec les autres banques

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article