Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Socialisation des pertes..

19 Septembre 2008 , Rédigé par jean-christophe duplat Publié dans #Economie

"Privatiser les gains, socialiser les pertes", une devise qui reprend tout son sens depuis quelques jours..

Ces dernières semaines, nous avons vu l'admininistration américaine oeuvrer pour sauver ce qui peut l'être, en pleine tourmente financière :

- nationalisation par le Trésor américain de Fannie Mae et Freddie Mac, les deux principaux organismes qui soutiennent et garantissent les prêts hypothécaires aux USA, au détriment de ses actionnaires ;

- prêt par la FED de 85 Mia USD à AIG,  cet énorme réassureur d'envergure mondiale, pour éviter sa faillite et les retombées "domino" sur les principales compagnies d'assurances américaines, européennes et asiatiques ;

- concertation des banques centrales aujourd'hui pour injecter 250 Mia sur le marché et éviter d'assécher le crédit interbancaire (mais que va-t-il se passer lorsque ces mêmes banques centrales devront retirer cet argent des marchés ?)

Nous avons aussi assisté dimanche dernier à la mise en concordat de Lehman Brothers, la plus grande banque d'affaires américaine, sans soutien du Trésor cette fois, n'ayant pas les poches assez remplies que pour soutenir tout ce qui peut l'être, et "lâche" donc les affaires dont les retombées n'ont pas ou peu d'effet domino.

Rétrospectivement, l'on peut pourtant identifier les USA comme le principal responsable de la débâcle financière à laquelle on assiste,  avec ses démarches historiques donnant un effet de levier à l'éclatement de la bulle que lon connaît aujourd'hui.
Son interventionisme a dominé les dernières années:

- Intervention massive de l'Etat qui a tout fait - principalement du temps d'Alan Greenspan, qui a semé ce que l'on récolte aujourd'hui  et qui vient aujourd'hui faire l'oracle en prédisant une crise longue link - via des taux artificiellement bas et d'autres dispositions pour gonfler au maximum la bulle de crédit depuis le début des années 90.
- Intervention massive de l'Etat à présent qui cherche à sauver ce qu'il peut de l'effondrement de la bulle qu'il a lui-même développée.
- Intervention de l'Etat pour des plans de relance par la consommation  qui consiste à acheter un trimestre de croissance à crédit avec l'argent du contribuable...

Le libéralisme américain aurait-il vécu, la socialisation de ses pertes serait le dernier soubresaut d'une économie en déclin ?
 Le monde tourne, il est clair à présent que l'avenir économique n'est plus de ce côté de la planète.

Lire la suite

Nationalisation de Freddie Mac et Fannie Mae

6 Septembre 2008 , Rédigé par jean-christophe duplat Publié dans #Marchés financiers

Lu sur lecho.be ce soir : "Le Wall Street Journal, citant des sources proches du dossier, a affirmé vendredi soir que le Trésor américain était sur le point de finaliser son plan de sauvetage de Freddie Mac et Fannie Mae, une intervention dont le principe avait été annoncé en juillet mais dont les modalités restent à arrêter."

Concrètement, il s'agit donc d'un transfert de 5.200 Mia USD du secteur privé vers la dette publique américaine, qui passera donc de 9.000 Mia à 14.000 Mia USD. Excusez du peu.

Ce plan, annoncé depuis juillet, ne surprendra normalement pas les marchés lundi. Par contre, le rebond du USD aura fait long feu (il avait repris plus de 10% en l'espace de 6 semaines, revenant de 1.60 à 1.4267 vendredi soir). L'on devrait s'attendre à le voir refluer dès le début de la semaine prochaine.

Lire la suite

Natixis, encore une augmentation de capital

5 Septembre 2008 , Rédigé par jean-christophe duplat Publié dans #Marchés financiers

Natixis est une autre grande banque française, qui vient de dévoiler son plan de recapitalisation, à l'instar de toute une série de valeurs bancaires.
Contrainte de consolider ses fonds propres en raison du lourd impact de la crise des marchés du crédit sur ses comptes, la banque a fixé un prix de 2,25 euros pour les actions nouvelles qui fait apparaître une décote de 61,5% par rapport au cours de son action mercredi en clôture sur Euronext Paris (5,84 euros).
Dur pour les actionnaires qui ont connu cette valeur à plus de 20 eur en mai 2007, et qui cotait aux alentours de 13 eur le premier janvier dernier.
Cette augmentation de capital a prix cassé permettra de récolter ce qu'il reste d'argent sur les marchés.

L'opération est assez similaire à celle que Fortis a présentée en novembre 2007 : 10 actions détenues permettant de souscrire à 13 actions nouvelles,
un bon de soucription sera distribué et cote à partir de ce jours (1.74 eur actuellement)

L'action devrait, dans les jours qui viennent, s'ajuster mécaniquement à ((10*5.84)+(13*2.25)+1.74)/23 = 3.88 eur.

La dilution est gigantesque, l'occasion rêvée de prendre un put, par exemple le 3735d d'échéance 181208 et de target 4.50 eur.

En conservant également les positions que nous avons initiées en Bx4 (put cac 40) pour jouer une baisse des indices. la volatilité (VIX, cfr plus bas) est effectivement revenue hier à des niveaux trop sages (22).

Lire la suite