Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

La crise du nivellement par le bas : comment préfinancer la crise des cartes de crédit ?

30 Octobre 2009 , Rédigé par jean-christophe duplat Publié dans #Economie

Nous l’avons déjà évoqué, une autre crise, celle des cartes de crédit devrait tôt ou tard faire son apparition.

Ces cartes ont souvent été attribuées à des personnes ne justifiant pas de revenus suffisants pour faire face à leurs dépenses .

Un « choix stratégique » des établissements financiers, et surtout béni par le monde politique dans leur course au nivellement par le bas (« chacun doit avoir un compte en banque », « chacun doit avoir droit au logement, offrons-leur des crédits à taux 0 »,  « tout le monde devrait pouvoir accéder au crédit, idem » etc.)

L’on a vu les ravages des subprimes et des Alt A sur le patrimoine acquis à crédit de ces citoyens, et l’on commence à voir fleurir ci et là des signes de cette explosion des cartes de crédit, comme  le commentaire de cet homme qui a reçu de Citibank, comme 2 millions d’Américains, un avis de rehaussement du taux de découvert, qui passe de 7.99% à 29.99% sur sa carte..!

“I got a Citibank letter last week raising my interest rate to 29.99% from 7.99%. I have a 780 credit score and pay my account off every month. My limit was $18,200. I never made a late payment to Citibank (or anyone else).When I called them to either maintain my current terms or opt-out, the rep told me she had been getting nothing but complaint calls all day. She said Citibank had sent out 2 million such letters. I was given one choice: accept the new terms or have my account canceled upon its expiration of 12/31/09. I told them to cancel the account. »

 Mieux encore, la First Premier Bank, qui offre à ses clients une carte sur laquelles les intérêts intérêts sur découvert sont calculés à du..79.9%. Pour une carte « premier », en plus.

 « Gordon Hageman couldn’t believe the credit card offer he got in the mail."My first thought, it was a mistake," Hageman said. The wine distributor called the number on the offer, gave them the offer code and verified his information. Sure enough, it was right: the pre-approved credit card came with a 79.9 percent APR. The offer is for a Premier card from First Premier Bank, which is based in South Dakota. On its Web site, First Premier says it is the country's 10th largest issuer of Visa and MasterCard credit cards. The site also says it "focuses on individuals who have less than perfect credit but are actually still creditworthy."

Les vampires en cravate ont fait leur apparition dans ce monde chamboulé.



Lire la suite

OPA sur les terres agricoles (suite)

29 Octobre 2009 , Rédigé par jean-christophe duplat Publié dans #Macro-économie

Nous avions dans un précédent article fait le point sur un certain nombre de transactions effectuées par des investisseurs - du secteur privé ou public - sur les terres agricoles.

Ce mouvement d'ampleur ne se tarit pas.

En témoigne le rapport de Grain qui témoigne de l'engouement des fonds d'investissement  - que l'on pourrait nommer les "cheikhs de demain" tant ces investissements stratégiques sont les meilleurs que l'on puisse effectuer actuellement, et notamment dans une optique de sortie de crise par l'inflation donc de revalorisation des matières premières.

En voici une synthèse en images (ce qui ne dispense pas de la lecture du rapport..!)
Lire la suite

Le monde tourne…

27 Octobre 2009 , Rédigé par jean-christophe duplat Publié dans #Macro-économie

L’on apprend, à la lecture du « Quotidien du Peuple » chinois que :

1-      Les crédits sont en hausse de 28% en Chine sur les 9 premiers mois de l’année, ce qui contraste singulièrement avec l’éclatement de la bulle du crédit qui frappe les économies occidentales, et nos banques qui continuent de se financer à du 1% auprès de la BCE, tout en restreignant le crédit au tissu entrepreneurial, ou en le faisant à des taux usuriers dans le seul intérêt de se reconstituer une marge de manœuvre rapide ;

2-      La Russie – qui, note personnelle,  détient le véritable pouvoir, « les manettes » de l’Europe, ce n’est pas assez relaté -  envisage une repondération de ses réserves de change pour donner une place plus importante au Yuan, au détriment des USD et EUR.

 

Deux éléments qui tendent à confirmer que le globe terrestre voit son centre se déplacer de jour en jour. 

Lire la suite

Marchés surévalués de 40%

27 Octobre 2009 , Rédigé par jean-christophe duplat Publié dans #Marchés financiers

La firme Smithers&Co vient de publier une étude concluant que le marché américain est surévalué de 40%.

Smithers nous explique qu’il n’y a que deux méthodes valables pour évaluer un marché (i) le PER (ratio cours/bénéfice) ajusté à ses composantes cycliques, qui devient le « CAPE » et (ii) le Q ratio qui prend en compte et compare la capitalisation des entreprises avec leur valeur intrinsèque ajustée.

Les deux méthodes calculées actuellement donnent le même résultat : un marché surévalué entre 37,7% et 45% selon la méthode utilisée.


En guise de rappel, voici le calcul du PER du S&P500 (decisionpoint) - remarquons la finale verticale

null


Tout ceci crédite donc la thèse d’une baisse des marchés. Et l’amorce en a été prise aujourd’hui visiblement :

Le Cac40 clôture sur un repli très inattendu, enregistré en fin de séance, de -1.7%, comme toutes les places européennes, le Dow Jones perd lui aussi plus d’1%


Le rebond violent du USD, que nous évoquions la semaine dernière, est entamé et va probablement nous emmener vers une parité plus réaliste dans les jours qui viennent – 1 EUR a touché la barre des 1.50 USD ce matin, et devrait revenir vers les 1.35



Mécaniquement, le pétrole qui y est corrélé devrait baisser et retourner dans la zone des 65-70 USD.

Un article de Bloomberg, qui précise que le baril devrait théoriquement être à 88 USD lorsque 1 Eur vaut 1.5 USD, prouve d'ailleurs qu'avec un baril inférieur à ce prix à l'heure actuelle (77 USD ce soir), la reprise est absente, et le monde n'est pas sorti de sa panne de consommation,

D’autre part, cerise sur le gâteau baissier, si l’on en croit les rumeurs de marché :

1-Goldman Sachs se serait positionnée « short » sur les marchés actions ;

2-Bank of America aurait un urgent besoin de liquidités ;

En plus de l’annonce de la scission/revente  par ING de certaines de ses activités banques et assurances, tous les ingrédients sont présents pour une belle jambe baissière dans les jours à venir.

D’ailleurs le ViX était revenu à un niveau beaucoup trop raisonnable ces derniers jours, de retour à des niveaux de mi-2008, avant que la crise n'éclate..

Lire la suite

cheapforclosurehomes

23 Octobre 2009 , Rédigé par jean-christophe duplat

Pour s'occuper durant le week-end, pour ceux qui rêvent de finir leurs vieux jours en Floride.

Ce site regorge de maisons "confisquées" et les met en vente aux enchères.

http://www.cheapforeclosurehomes.com/fl/dade.html

L'on y trouve de quoi se loger pour 1.000 USD (670 EUR) notamment, et ce site continue d'être alimenté en propositions tous les jours.


 

Lire la suite

Spread confiance de l'investisseur - confiance du consommateur

22 Octobre 2009 , Rédigé par jean-christophe duplat Publié dans #Macro-économie

Le sentiment des investisseurs est-il un bon indicateur ?

Nous l’avons vu précédemment, les investisseurs ont une perception de sotie de crise décalée par rapport au consommateur lambda.

La mise en concordance de ces deux indicateurs de sentiment démontre que ce « spread », cet écart entre les deux acteurs n’a jamais été aussi important qu’à l’heure actuelle comme en témoigne ce graphique

 


L'investisseur est-il aveuglé par le bain de liquidités artificielles dans lequel il est termpé ?

Car effectivement, le deleveraging continue, les consommateurs essayant de réduire leur endettement à un rythme soutenu

 


Ces consommateurs n'ont pas le choix non plus, avec un chômage qui saque tout espoir de reprise de la consommation, le nombre de personnes occupées étant revenu au niveau du milieu des années 80,
et rien ne semble vouloir arrêter cette diminution de travailleurs, les annonces de chômage prises en cumul n'augurant rien de bon



Tandis que la santé financière des banques ne s’améliore pas – contrairement à ce que l’on peut lire et entendre dans divers media– au vu du rendement de leurs placements. Le temps béni des banques est une époque révolue.




La bourse est-elle aveugle ?

Lire la suite

-57%+56%=-33%

20 Octobre 2009 , Rédigé par jean-christophe duplat Publié dans #Marchés financiers

La forte hausse des indices ne doit pas nous faire oublier que le chemin est encore long pour retrouver le sommet qui a précédé l’élément déclencheur de cette chute.

Rappelons-nous qu’une  baisse de

-10% d’un actif doit être suivie par une hausse de 11.11% pour retrouver les mêmes niveaux

-20% par +25%

-50% doit être compensé par +100%

-80% par +400%


etc

Le S&P 500 a perdu 57% depuis ses sommets. Depuis le mois de mars, 56% ont été repris.
Rapporté à ses sommets, l'indice perd encore 33% aux cours actuels.
Il faut donc rester critique à l'analyse de "la hausse fantastique" que les médias nous décrivent.



Lire la suite

Un monde politique sous tutelle économique

19 Octobre 2009 , Rédigé par jean-christophe duplat Publié dans #Economie Politique

Le monde actuel  est dominé par l’économique. Le vrai pouvoir est financier. La crise n'a rien changé à cet état de fait.

 Nous voyons depuis quelque temps que le monde politique n’a plus de pouvoir en tant que tel tant cette domination devient écrasante.

Les derniers événements sont en train de confirmer cet état de fait ; le monde politique n’existe plus que par le pouvoir de succion qu’il exerce que le monde économique.

Sans une seule fois se remettre en cause, par une restriction des dépenses publiques, une diminution du nombre de ministères, etc., nous avons vu différents gouvernements sortir du bois, une ponction économique à la main :

1.       Le gouvernement belge propose que partie des résultats d’Electrabel (Suez) serve à financer le déficit fédéral ;

2.       Le même propose que les banques – maintenant qu’elles se savent immortelles – financent elles-mêmes leur  « assurance-vie » de manière récurrente dans le même but de réduction du déficit ;

3.       La Ministre des Finances française propose que les banques financent leur propre organe de contrôle – ce qui n’est pas sans danger lorsque le contrôleur est payé par son contrôlé, rappelons-nous les failles d’envergure des compagnies d’audit (Enron et Andersen, Lernout & Hauspie et Deloitte entre autres)


Le monde politique ne serait-il devenu qu'un parasite ?

Lire la suite

Peter Bernholz et l’hyperinflation

14 Octobre 2009 , Rédigé par jean-christophe duplat Publié dans #Economie

Voici pour commencer un graphique qui retrace l’évolution de l’inflation en France depuis 1990 :

 

Nous pouvons constater que nous vivons dans un monde inflationniste, que l’inflation est une composante traditionnelle du monde économique, et que donc l’épisode déflationniste que nous vivons actuellement ne pourrait être qu’un épiphénomène dans cette courbe ascendante.

Remarquons au passage le pic d’inflation, toujours nié par le monde politique,  qui correspond à l’introduction de l’Euro physique(2001).

Il y eu 28 épisodes d’hyperinflation dans des économies nationales au 20ème siècle, dont 20 sont intervenues depuis les années 80.

Peter Bernholze, professeur d’économie à l’Université de Bâle, analyse dans son dernier livre « Monetary Regimes and Inflation: History, Economic and Political Relationships » les 12 épisodes d’hyperinflation les plus importants, tous causés par le financement de déficits publics abyssaux  par la création de monnaie, et observe une constante : le point de départ de chaque séquence d’hyperinflation s’effectue lorsque les déficits publics dépassent 40% des dépenses publiques.

Pour l’heurs la projection de déficit public américain s'élève à 1.580 Mia USD, tandis que les dépenses publiques s’élèvent à 3.600 Mia USD.
Le ratio prévu fin 2009 se situe donc à 43.9% et donc, devrait engendrer de l’hyperinflation.

Rappelons-nous enfin que la création de monnaie a augmenté de  plus de 100% en un an ce qui crédibilise encore cette thèse.


Lire la suite

USD Index - Rebond violent du USD ?

12 Octobre 2009 , Rédigé par jean-christophe duplat Publié dans #Marchés financiers

 

Le « USD Index » est l’indice qui analyse la force du dollar américain (USD) face à un panier de devises, en l’occurrence l’euro, le Yen, la livre sterling, la couronne suédoise, le dollar canadien et le franc suisse, selon des pondérations variables d’une devise à l’autre.

Cet index a été créé en 1973 par le New-York Board of Trade (NYBoT), sur une base 100.

Depuis deux ans, cet indice navigue entre 70 et 90, comme en témoigne ce graphique


D’autre part, si  l’on cumule ces données avec le sentiment des personnes haussières sur le dollar, l’on pourrait en conclure qu’un rebond violent est à prévoir. En effet, seulement 4% des intervenants sont haussiers sur le USD, alors qu’ils étaient 93% à penser le voir toucher de nouveau sommets, lors de son dernier sommet du mois de mars dernier, avant qu’il ne se replie considérablement.
Un indicateur contrarien de plus.
null

Avis donc à ceux qui pensaient convertir leurs USD en EUR ou qui hésitent encore à acheter du USD aujourd'hui en vue de vacances prochaines.

Notons que ce retournement du dollar correspondrait à une baisse des marchés induisant une faiblesse de l’euro.

Baisse de l’euro couplée à un dollar qui retrouverait de la vigueur, voilà un effet de levier qui pourrait faire varier considérablement la parité


Lire la suite
1 2 > >>