Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

La BCE délègue ses rachats d'actifs aux autres banques centrales

22 Janvier 2015 , Rédigé par jean-christophe duplat Publié dans #0

La BCE délègue ses rachats d'actifs aux autres banques centrales

Après les effets d'annonces ayant inondé les media depuis deux semaines, la BCE a aujourd'hui officiellement annoncé qu'elle rachètera les dettes souveraines qui empoisonnent le bilan des établissements financiers européens, à concurrence de 60 milliards par mois, sur une période qui s'étale de mars 2015 à septembre 2016.

Dans les faits, en observant l'évolution du pied de bilan de la BCE depuis la mi-décembre mois, l'on constate que ce rachat massif d'obligations est déjà venu le gonfler de 130 milliards...

Rappelons que les statuts de la BCE interdisaient ces rachat d'actifs jusqu'en 2011 où, déjà, l'on parlait d'avoir sauvé la Grèce, l'euro, etc. Initialement, la BCE ne pouvait que prêter de l'argent (de la véritable monnaie, pas celle qui, depuis lors est créée ex nihilo) en acceptant ces dettes en collatéral.

Intéressant de noter que, dans le programme de rachat d'actif, la BCE ne consent à racheter que 20% des montants évoqués, en dette souveraine (12 mia/mois), les autres 80% étant à racheter par...les différents banques nationales ! La Banque de Grèce rachèterait ainsi de la dette grecque, la Banque d'Italie de la dette italienne, la Banque de France rachèterait les positions perdantes des banques françaises, etc etc probablement pour ensuite mieux mutualiser les pertes sur les contribuables de chaque pays.

Faut-il y voir une pression de l'Allemagne, actionnaire principal de la BCE avec 26% des parts, devant la France (20%), l'Italie (17%) et l'Espagne (13%) ? Ou une dislocation de l'unité monétaire européenne ? Nous suivrons ceci avec intérêt.

Lire la suite

Qui détient la dette grecque ? (update)

16 Janvier 2015 , Rédigé par jean-christophe duplat

La confiscation de l’économie des épargnants chypriotes, toujours durant le week-end, est encore dans tous les esprits. Les Grecs ont retiré 3 milliards d’euros de leurs comptes sur le seul mois de décembre 2014, lançant par là un bank run.

Mises à mal par ces retraits massifs, deux banques grecques auraient déjà demandé à être secourues par le « Emergency Liquidity Assistance » de la BCE. Encore une occasion manquée d’enfin avancer dans la liquidation de cette crise en les laissant tomber en faillite.

Nous n’osons pas imaginer la conséquence supplémentaire de l’abandon du soutien de l’euro par la BNS, annoncé hier – le CHF s’est apprécié de 20% en un éclair, passant de 1.20€ à 1€ ! – et l’annonce de certaines faillites ou mises sous tutelle de certains brokers, comme FXCM, sur ces banques grecques.

Alors, pour mettre à jour ce bilan de 07/2011, passons en revue ceux qui détiennent la dette grecque, victimes de premier rang en cas de défaut et sortie de la zone euro de ce pays – scenario auquel nous ne croyons pas, toujours convaincus que c’est par une sortie de l’Allemagne qu’une solution peut être trouvée -

Les banques allemandes ont 23.5 mia € d’exposition à la Grèce, principalement captée par la banque KfW, qui détient à elle seule ..15 mia d’actifs grecs. Commerzbank et Deutsche Bank suivent de loin avec respectivement 400 et 300 millions.

En France, le Crédit Agricole déclarait en 2014 avoir 3.5 mia€ d’exposition hellénique. BNP Paribas détient 2.0 mia € en dette et actifs grecs.

Lire la suite