Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Socialisation des pertes..

19 Septembre 2008 , Rédigé par jean-christophe duplat Publié dans #Economie

"Privatiser les gains, socialiser les pertes", une devise qui reprend tout son sens depuis quelques jours..

Ces dernières semaines, nous avons vu l'admininistration américaine oeuvrer pour sauver ce qui peut l'être, en pleine tourmente financière :

- nationalisation par le Trésor américain de Fannie Mae et Freddie Mac, les deux principaux organismes qui soutiennent et garantissent les prêts hypothécaires aux USA, au détriment de ses actionnaires ;

- prêt par la FED de 85 Mia USD à AIG,  cet énorme réassureur d'envergure mondiale, pour éviter sa faillite et les retombées "domino" sur les principales compagnies d'assurances américaines, européennes et asiatiques ;

- concertation des banques centrales aujourd'hui pour injecter 250 Mia sur le marché et éviter d'assécher le crédit interbancaire (mais que va-t-il se passer lorsque ces mêmes banques centrales devront retirer cet argent des marchés ?)

Nous avons aussi assisté dimanche dernier à la mise en concordat de Lehman Brothers, la plus grande banque d'affaires américaine, sans soutien du Trésor cette fois, n'ayant pas les poches assez remplies que pour soutenir tout ce qui peut l'être, et "lâche" donc les affaires dont les retombées n'ont pas ou peu d'effet domino.

Rétrospectivement, l'on peut pourtant identifier les USA comme le principal responsable de la débâcle financière à laquelle on assiste,  avec ses démarches historiques donnant un effet de levier à l'éclatement de la bulle que lon connaît aujourd'hui.
Son interventionisme a dominé les dernières années:

- Intervention massive de l'Etat qui a tout fait - principalement du temps d'Alan Greenspan, qui a semé ce que l'on récolte aujourd'hui  et qui vient aujourd'hui faire l'oracle en prédisant une crise longue link - via des taux artificiellement bas et d'autres dispositions pour gonfler au maximum la bulle de crédit depuis le début des années 90.
- Intervention massive de l'Etat à présent qui cherche à sauver ce qu'il peut de l'effondrement de la bulle qu'il a lui-même développée.
- Intervention de l'Etat pour des plans de relance par la consommation  qui consiste à acheter un trimestre de croissance à crédit avec l'argent du contribuable...

Le libéralisme américain aurait-il vécu, la socialisation de ses pertes serait le dernier soubresaut d'une économie en déclin ?
 Le monde tourne, il est clair à présent que l'avenir économique n'est plus de ce côté de la planète.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article