Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Nationalisations en Europe

2 Octobre 2008 , Rédigé par jean-christophe duplat Publié dans #Marchés financiers

Fortis et Dexia ont donc été renflouées par respectivement le Benelux pour 11.2 Mia EUR et la Belgique et la France pour 6.4 Mia EUR.
Les Etats ont emprunté pour secourir les banques, ce qui va augmenter la dette publique, creuser le déficit public, et mettre à mal l'équilibre de leurs budgets respectifs.
Il est désormais certain que ces événements, y inclus le refus du plan Paulson aux USA, auront une influence très néfaste sur l'économie, et donc sur les bénéfices des entreprises.

Mais ces Etats devaient-ils vraiment intervenir ?

Si l'on peut légitimement se dire que pour Fortis, une intervention de l'Etat était justifiée - en dernier recours - eu égard au nombre d'emplois en jeu, à l'importance du nombre d'épargnants qui n'auraient pas été indemnisés par la Caisse d'intervention (dont les caisses ne renferment qu'un petit Mia EUR) et aux potentiels dommages collatéraux qu'aurait entraînés sa chute, fallait-il pour autant sauver Dexia, dont l'activité est principalement centrée sur les collectivités locales, qui n'aurait pas engendré un risque systémique en s'effondrant ?

Il est clair en tous cas que les Etats se tournent vers les grandes banques pour tenter de maîtriser leurs chutes, et que la marge de manoeuvre n'étant pas énorme, il est raisonnable de penser que les banques indépendantes ou moins symboliques, sont désormais les plus fragiles.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article