Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le spectre de la déflation

12 Octobre 2008 , Rédigé par jean-christophe duplat Publié dans #Economie

Il ne se passe plus un jour sans qu'une solution de dernière minute, distillée par les différents pays européens, vienne à la rescousse des établissements bancaires.
Après la Belgique, qui est intervenue pour garantir la liquidité des banques, la France a cette fois décidé de lever dès demain, lundi 13 Octobre, une disposition législative permettant une levée de fonds pour aider les banques à faire face à leur besoin de refinancement.
Le gouvernement britannique, quant à lui, prendra probablement dès demain le contrôle majoritaire des deux plus grandes banques du pays RBS et HBOS, sinon peut-être quatre, en y incluant lloyds TSB et Braclays.

Dans toutes ces hypothèses, l'argent de l'Etat, comme ce fut le cas pour la Belgique, va donc servir à colmater un financement au départ privé, resserrant en conséquence les marges d'action des pouvoirs publics dans leur rôle premier, au service de la collectivité.
Ces déclarations ne sont pas de nature à rassurer les investisseurs - et encore moins les contribuables européens - en observant que les différents Etats européens font leur possible pour sauver ce qui peut l'être, mais, n'ayant pas les poches assez longues, ils ne pourront continuer à garantir ce jeu de pompier très longtemps.

Le jeu de domino se propage donc à grande échelle et les bourses mondiales devraient continuer à atteindre des plus bas la semaine prochaine.

Nous pouvons donc être amené à penser que le mécanisme de la déflation s'est mis en route, et que tout le mécanisme qui suit prend peu à peu - mais certainement - sa place :
(i) la baisse de la bourse réduit la valeur patrimoniale des garanties que les investisseurs offrent en contrepartie de leurs emprunts.
(ii) Ceux-ci effectuent des ventes à des prix bradés pour récupérer de la liquidité et rembourser leurs dettes.
(iii) Les créanciers voient également la valeur de leurs créances s'effondrer et, donc, leur capacité d'endettement diminuer. Il en va de même des entreprises dont la valeur économique baisse.
(iv) Le volume des créances douteuses dans le bilan des banques explose. Celles-ci deviennent plus méfiantes et réduisent leurs prêts.
(v)Ménages et entreprises endettés s'efforcent de rembourser au plus vite leurs emprunts de manière à alléger le poids des charges d'intérêt qui explose par rapport aux revenus attendus.
Par voie de conséquence, le volume des dépôts dans les banques baisse, induisant une diminution de leur capacité de prêt.
(vi) Cette réduction de la masse monétaire en circulation pèse sur les prix. La baisse des prix aggrave les problèmes des entreprises les plus endettées, qui font faillite, mettant les banques en nouvelles difficultés et les contraignent à vendre leurs créances pour récupérer de la liquidité, ce qui fait encore davantage baisser les prix etc etc..
 



Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article