Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le spread marché-conjoncture

5 Juin 2009 , Rédigé par jean-christophe duplat Publié dans #Marchés financiers

La crise financière n’est pas encore achevée, lorsque l’on constate que le nombre de crédits hypothécaires à risque (subprime, Alt-A, et autres) ne commencera à se tarir que vers la mi-2011

 

Nous pourrions nous demander pourquoi alors le Baltic Dry Index, indicateur avancé de la conjoncture, dont nous avons déjà parlé,  en est à son 31° jour de hausse consécutif…



D’une part nous avons donc de l’affrètement qui reprend de la vigueur, du transport maritime qui entretient l’espoir d’une reprise économique et d'un retour à une conjoncture favorable.

 

Et d’une autre part, nous avons la réalité économique, avec notamment :

§  General Motors en faillite, mais sans impact sur l’enthousiasme des marchés financiers ;

§  l’ONU qui revoit ses prévisions économiques mondiales à la baisse ;

§  Le taux de chômage en Europe qui s’établit à 9.2%. Notons les 18.1% de l’Espagne –le risque du pays n’est plus couvert par les assurances-crédits -  ou la France qui s’octroie une hausse jamais vue de 1.1% en un trimestre pour s’établir à 8.7% ;

§  L’Europe au bord de la déflation, avec  une inflation annoncée à 0.0% au mois de mai

 

  • Un contraste certain aussi entre la valorisation du minerai de fer, à des sommets, tandis que les sociétés sidérurgiques, Mittal en tête, ne cessent de réduire leur capacité de production.
  • Un USD en perdition, avec un effet mécanique de hausse de l’or et du pétrole. Avec des reprises d’OPA sur les pétrolières – toutes les matières premières sont devenu des alternatives à une monnaie faible - , notamment cette rumeur d’offre sur Dragon Oil, une des pétrolières les plus décotées eu égard à ses réserves, et qui avait déjà effectué une formidable performance boursière ces derniers mois.

Il ne faut donc probablement voir dans cette hausse du Baltic Dry Index qu’un faux signal de reprise, les entreprises ayant vécu jusque récemment sur leurs stocks, et se réapprovisionnant actuellement, probablement de manière prudente, pour obtenir des flux moins tendus, mais restant prudentes.

Le rebond boursier en cours risque néanmoins de se prolonger  - comme mentionné dans un article précédent – quelques semaines encore. Les volumes de transactions sont en effet à la hausse depuis quelques semaines.
Les opérateurs qui ont raté le train de la hausse de mars vont probablement saisir l’opportunité qui se présente pour continuer à entrer prudemment dans un marché haussier technique. L’épaississement ou la diminution de ces volumes de transactions est à suivre.



Enfin, les EMA 13 et 34 sur le Cac40 ont montré un fléchissement la semaine dernière, mais un croisement à la baisse n’est pas encore détectable.

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article