Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le G20 de Pittsburg, les mesures artificielles et le spectre du W

1 Octobre 2009 , Rédigé par jean-christophe duplat Publié dans #Marchés financiers

Le G20, réuni le week-end dernier à Pittsburg a entendu les appels du marché, et a donc déclaré en conclusion de cette réunion qu’il « éviterait tout retrait prématuré des plans de relance ».

La masse d’argent déversée sur les marchés ne risque donc pas de se tarir dans l’immédiat. Les aides d’Etat, qui donnent des béquilles au marché, vont continuer à abonder et donner une impression de retour à la consommation – qui est pourtant en panne – grâce à certains mécanismes superficiels, comme la prime à la casse. Dès lundi d’ailleurs, la Grande-Bretagne, pour satisfaire aux exigences de ce G20, a annoncé étendre sa prime à la casse à 100.000 véhicules supplémentaires.

 

Comme en témoignent ces graphiques, nous pouvons constater que, depuis le lancement des plans de relance :

1-      Les aides d’état n’ont pas été utilisées par les banques pour financer des projets entrepreneuriaux



2-
     
que ces mêmes aides n’ont pas été ristournées aux crédits des particuliers, touchés de plein fouet par le chômage et tentant au plus vite de faire du deleveraging, soit de liquider leurs emprunts existants au plus vite


3-
     
mais que la planche à billet tourne toujours excessivement vite

 

Tout ceci nous incite à croire que les moyens financiers mis à disposition des banques ne sont donc pas prêtés aux acteurs économiques, mais injectés dans les marchés financiers, qu’ils jugent probablement moins risqués.  La prochaine bulle devrait être occupée à gonfler.

Notons également la publication hier soir d’un indice PMI de Chicago à 46.1, en retrait significatif par rapport aux attentes (52). Un PMI en-dessous de 50 a toujours signifié une entrée en récession. La deuxième jambe baissière du W est-elle en train de se former ?

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article