Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Analyse financière (II) : comment répercuter correctement l'inflation sur le prix de vente ?

13 Août 2012 , Rédigé par jean-christophe duplat Publié dans #Analyse Financière

 Nous avons effectué dans le post précédent l’analyse du cash-flow d’une société en période non-inflationniste.

Résultat d’exploitation : +180

+ Dotation aux amortissements : +100

- Impôt sur le résultat (34%*180) : -61.20

- la variation du BFR : -0.00

Soit un cash-flow d’exploitation de : +218.80€

 

Si l’inflation grimpe à 10%, quel sera l’impact sur les composantes du cash-flow ?

Toutes choses étant égales, notre artisan arrive à répercuter l’ensemble de l’augmentation de ses charges sur ses clients.

Il augmente ses prix dans la même proportion que l’accroissement de ses coûts, calqués sur ce taux d’inflation. Le résultat d’exploitation – exception faite des amortissements -  augmente donc dans les mêmes proportions, pour grimper à 208€ ((180+100)*110%)-100)

La dotation aux amortissements de la machine ne varie pas, puisque basée sur son prix d’achat historique.

Pourtant elle devrait être adaptée car l’inflation crée une distorsion entre d’une part l’amortissement d’un bien sur une valeur historique (à 0% d’inflation), et d’autre part la valeur que notre entrepreneur devrait décaisser aujourd’hui pour racheter sa même machine – frappée par la même inflation - en l’état.

Ceci signifie également que pendant toute la durée de l’amortissement de cette machine sur un prix historique, le résultat sera plus important puisque l’inflation ne se reflète pas sur ce coût, ne vient pas diminuer le résultat, et que donc l’entreprise aura plus d’impôt à payer !

L’impôt ne varie pas, mais est calculé sur un résultat majoré.

Et la variation du besoin en fonds de roulement, frappée par la même inflation de 10%, s’élève alors 50 ((500*10%)-500)

Voici la version adaptée du cash-flow d’exploitation 

Résultat d’exploitation : +208

+ Dotation aux amortissements : +100

- Impôt sur le résultat (34%*198) : -70.72

- la variation du BFR : -50

Soit un cash-flow d’exploitation de : +187.28€

 

Les flux de trésorerie générés par l’entreprise, qui a pourtant réussi à impacter l’entièreté de la hausse de ses coûts sur son chiffre d’affaires, ont fondu de 14.4% !

Etant donné que le cash-flow d’exploitation est la meilleur manière d’appréhender la valeur d’une société, pour garder un cash-flow initial de 218.80€ et donc pour préserver son patrimoine, notre embouteilleur aurait dû relever ses prix de vente de...14.8% au lieu de 10%.

Ses prix auraient dû augmenter de l’inflation multipliée par 1.5. A bon entendeur..

Chiffre d’affaires : 1’148€

Achats de marchandise : -660€

Frais généraux : -132€

Dotation aux amortissements : -100€

Résultat opérationnel de : 256€

 

Résultat d’exploitation : +256

+ Dotation aux amortissements : +100

- Impôt sur le résultat (34%*180) : -87.04

- la variation du BFR : -50

Cash-flow d’exploitation  : +218.96€

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

jean-christophe duplat 14/08/2012 08:17

Merci de votre intervention. Effectivement j'avais déduit les 10 de distorsion d'amortissements du résultat comptable. Il s'agit bien de 34% de 208. Je vais corriger.

vever 13/08/2012 21:03

Très intéressant comme article. N'ayant aucune formation en la matière, je croyais naïvement qu'il suffisait de répercuter l'inflation sur le prix de vente.

Bien que je vais retravailler ces deux articles, à la première lecture je ne comprends pas le calcul de l'impôt sur le résultat 34%*198 dans le tableau "version adaptée du cash flow
d'exploitation". Cela ne devrait-il pas être 34*208 ???

Merci pour votre partage.