Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Chant du cygne sur les marchés ?

27 Mai 2010 , Rédigé par jean-christophe duplat Publié dans #Marchés financiers

Voici peut-être la dernière occasion d'ajuster ses "stop-loss" au plus serré, et de ne pas craindre de sortir des marchés par le mauvais temps actuel.

En outre, la lecture de certains titres me conforte dans ce sentiment que les mauvaises nouvelles ne veulent absolument pas être écoutées par les acteurs de marché :

(i) l'optimisme candide de l'OCDE, assurant que les mesures que les pays européens ont prises sont les meilleures, négligeant de dire que ces pays n'ont résolu le problème d'une dette qu'à très court terme, en remboursant cette dette par une autre dette, plus chère qui plus est ;

(ii) la clôture du 10 mai 2010 commentée sur par un enthousiaste "Paris s'envole au-dessus des 3'700 points" (Investir), et la clôture de ce soir (27 mai) , ponctuée d'un "le CAC40, passant au-dessus des 3'500 points, poursuit sa nette remontée" (la Tribune). La nature humaine est optimiste - c'est très bien - mais doit-on continuer à se féliciter d'avoir réussi à enrayer une baisse lors de chaque rebond technique. La tendance baissière n'est-elle pas tellement évidente ?

 

 

GMI vient de publier son dernier rapport, dans lequel il compare le S&P500 en 1929  (en bleu) avec le tracé du même indice cette année (rouge). Le résultat est époustouflant, et correspond parfaitement à la configuration de ce que l'auteur appelle un tracé de crash imminent : une baisse importante, suivi d'un "bull trap" (piège à haussiers), une fausse reprise, et un grand plongeon. Plongeon à prévoir, toujours selon ce rapport, pour la première quinzaine du mois de juin. 

 

 

 

crash-2010-1929.png

 

 

La comparaison avec le crise de 1987 offre le même schéma baissier

 

 

 

crash-1987-2010.png

 

 

En conclusion, mieux vaut ne pas risquer d'entrer sur les marchés actuellement, ajuster ses limites de vente, et observer la configuration des jours à venir.

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

David CABAS 30/05/2010 15:06


Je pense que vous êtes idéologique et que vous avez pas lu ma belle histoire, avant le 3 janvier 1973 La France endettais sans taux d'intérêts avec la banque de France, il n'y avait pas de dette
enfin très peu. Depuis la France la France est obliger de s'endetter auprès des banques privés avec des taux d'intrets composés.

Il me semble aussi que vu votre réponse que votre mémoire est court le transfert de la dette des banques vers la dette publique. Qui est mauvais gestionnaire ! Il se trouve que les gouvernement se
soumettent a des intérêts financier et je pense qu'il faut tirer cela au claire avec une enquete parlementaire sur les causes de la crise !

David CABAS


David CABAS 30/05/2010 08:14


Connaissez vous la loi Giscard Pompidou et le Traité de Maastrich ?

Alors que les bourses chutent, que l'Euro est à l agonie, que les plans d'austérités se multiplie à travers l'Europe, il serait sage de connaître les vrais raisons de l'augmentation de la dette
!

Le bon sens commun voudrait que la dette soit du à trop de sociale, trop de santé, trop de services publiques, trop de fonctionnaires, trop de retraites. Nos responsables politique se font l'écho
d'un tel message et mettent en œuvre des plans sensés répondre aux problèmes de la dette !

Mais tout ceci est une arnaque : L'arnaque de la dette !

Jusqu'au 3 janvier 1973, la Banque de France avait le droit d'émettre du crédit à très bas taux d'intérêt afin de financer les besoins de l'état et d'investir dans les projets d'avenir !

Mais sous prétexte d'inflation, le gouvernent Giscard Pompidou a cru bon empêcher la Banque de France de faire son travail en transférant de fait le pouvoir aux banques privés. Et oui depuis cette
époque la France s'endette auprès des marchés financiers avec des taux d'intérêts élevés et c'est obligatoire pour tous les pays membres depuis Maastrich et les traités suivants!

En claire, ce sont les taux d'intérêts imposés sur la dette qui créer l'augmentation folle des dette publique !

L'alternative

Un retour au crédit publique productive, redonner le pouvoir au nation de battre monnaie afin de l'investir non dans les bulles spéculatives ou dans les jeux des casinos financiers mais bien dans
l'économie physique au service de la population et du travail humain.

Nous devons dire Non au chantage de l'empire de la finance de la City de Londre et de Wall Street à New York

Si tu veux rejoindre la bataille pour changer le système économique rejoins moi sur mon groupe : http://www.facebook.com/group.php?gid=104166076293247&ref=ts

David CABAS
david.cabas.over-blog.fr


jean-christophe duplat 30/05/2010 12:22



Beaucoup de monde tend à accuser les marchés de tous les maux. Or il ne faut pas confondre causes et conséquences : la dette publique est de plus en plus chère parce que les différents Etats sont
de piètres gestionnaires et il y a un risque de défaut très probable. Et ce n'est pas parce que le marché attaque la dette européenne que son coût augmente. Ce n'est qu'une conséquence du premier
point. Bonne journée