Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Concentration de dettes : l'effet de la Grèce sur le Portugal

28 Avril 2010 , Rédigé par jean-christophe duplat Publié dans #Economie

Nous sommes entrés dans ce que nous avions précédemment appelé la dernière concentration de dettes, la bulle du crédit étant passée en premier lieu des épaules privées (les banques) sur le dos du contribuable local. Maintenant que les épaules de certains pays sont trop fragiles, c’est au tour des contribuables européens « forts » de prendre en charge la dette des mauvais élèves.

Si l’Allemagne peut se permettre le luxe de refuser cette concentration de dettes sur ses épaules – pourquoi pas en quittant la zone euro pour retrouver une liberté de mouvement et se permettre de garantir des taux bas, indépendants des taux inflationnistes de l’eurozone,  à ses propres emprunts – le manque de concertation dans la politique économique européenne va probablement créer le chaos dans cette tentative de sauvetage.

Pensez donc que l’Europe s’est engagée au nom de tous ses membres à sauver la Grèce, en lui octroyant des prêts à un taux fixé à 5%.

L’on pourrait se demander comment le Portugal va s’armer pour prêter son argent à du 5% lorsque les taux auxquels elle emprunte a déjà dépassé ce seuil, rendant tout prêt inférieur à 5.88% impossible, sans entraîner ses propres finances publiques dans un abîme.

 

 portugal-2804-5.88-.gif

 

Un signe de dépression important se situe au niveau des taux : le taux des obligations grecques à deux ans s’élève à…18.5%, tandis que les taux à 10 ans se montent à « seulement » 11.24%. Un tel retournement, les taux à court terme devraient normalement valoriser un moindre risque que ceux à long terme, est annonciateur d’une récession profonde.

greece-2Y-2804.gif

greece-10y-2804.gif

 

 

A suivre le 19 mai, lorsque la Grèce devra emprunter 9 Milliards pour sauver une nouvelle échéance.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article