Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Crise grecque, solution de court terme, et inflation

11 Mai 2010 , Rédigé par jean-christophe duplat Publié dans #Economie

Ainsi donc, pour calmer les spéculateurs - boucs-émissaires de rêve dans cette crise de l’endettement qu’il a pourtant lui-même créé et entretenu - le monde politique a mis au point une redoutable nouvelle machine à creuser la dette et les déficits, en faisant supporter le Xième plan de relance via la dette par le contribuable européen.

Il a surtout mis en place une machine a créer de l’inflation au sein de la zone euro, en autorisant la BCE a racheter de la dette pourtant invendable,  auprès des banques – une nouvelle fois sauvée grâce à l’argent public, les banques sont définitivement rassurées quant à la qualité de leur assurance-vie à laquelle elles n’ont même pas souscrit – en contrepartie d’émission de monnaie, « qui sera rapidement retirée du marché », mais au vu des aides ponctuelles accordées aux banques en 2008 et 2009, et qui devaient aussi théoriquement subir un rapide retrait, mais qui inondent toujours le marché, l’on peut en douter sérieusement..

D’autre part, le FMI s’engage à mettre 250 Mia EUR sur la table, lui dont le potentiel d’investissement immédiatement libérable ne s’élève apparemment qu’à 239 Mia USD (soit environ 190 Mia EUR). Pour financer ce gap de 30%, un endettement supplémentaire, ou une hausse des contributions de chaque pays vers le FMI, accentuant encore les déficits?

 

Du côté des emprunteurs, les 500 Mia EUR accordés par les pays européens, diminués des 110 Mia déjà accordés à la Grèce, représentent le besoin de financement du Portugal, de l’Espagne, et de l’Irlande, soit 400 Milliards EUR, sur les…2 prochaines années. Si d’autre part l’Italie ou la France – sa seule part d’endettement supplémentaire pour mettre en place ce plan de relance s’élève à 89 Mia eur –http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2010/05/10/04016-20100510ARTFIG00743-fonds-euro-la-france-versera-90-milliards-d-euros.php ne résolvent pas non plus leur déficit public, ce délai de deux ans sera d’autant plus vite réduit à peau de chagrin.

Il s’agit donc d’un nouveau plan qui permet de ne rien résoudre et de remettre à plus tard le problème de la dette et des déficits existants. Une « solution » de très court terme, donc.

Mais surtout que va-t-il se passer ensuite ? Un deuxième plan de relance de cette envergure ne devrait plus passer.

Il est de plus en plus certain que l’inflation aura déjà rogné une partie de ces déficits au bout de ces 2 années. A ce propos, l’on peut déjà constater une recrudescence de l’inflation dans un pays - tiens… la Grèce - s’affichant à 4.8% pour le seul mois d’avril dernier. Comme quoi crise structurelle, récession et inflation sont intimement liées.

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article