Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

M&A 2012, fusions-acquisitions et indice contrarien : où en est-on ?

24 Mars 2012 , Rédigé par jean-christophe duplat Publié dans #Marchés financiers

Offre de reprise d’UPS sur TNT après surenchère, Adidas qui rachète Adams Golf, OPA sur Hitechpros, rumeur d’OPA chinoise sur Alcatel-Lucent, etc.

Les événements de ces dernières semaines nous font inévitablement repenser, en bon contrarien, aux pics d’OPA observés en 2000 et 2007, soit à chaque fois lorsque les marchés étaient au plus fort de leur exagération haussière et que certains dirigeants d’entreprises, terrorisés par la crainte de « rater le coche », s’empressaient de surenchérir sur leurs concurrents, ou même sur des acteurs dont ils ne connaissaient pas le métier.

 

Voici pour rappel le graphique de l’évolution des offres publiques de 1998 à 2011, au niveau mondial  d’abord

 

 

figure_announced-20mergers-20--20acquisitions-20-worldwide-.jpg

A l’échelle européenne ensuite :

 

figure announced%20mergers%20&%20acquisitions%20(europe)

   

A priori donc, pas d’augmentation significative, mais pas d’effondrement de ce créneau non plus. Pas de panique pour les marchés sur base de ce seul indicateur, donc.

Quant au premier trimestre 2012, si l’on s’en réfère au dernier rapport de Thomson Reuters, les fusions et acquisitions annoncées sont en diminution significative,  passant de 737 Mia USD à 416 Mia USD en un an glissant.

Au  niveau régional, l’on y apprend que l’activité de fusions-acquisitions a diminué de 60% au Etats-Unis, de 33 % en Europe, et enfin de 42% en Asie, ce qui démontre qu’une économie global fébrile affecte la psychologie des acteurs tant sur les marchés matures que ceux qui sont en croissance.

Ce rapport nous apprend enfin que JPMorgan Chase est la banque d’affaires qui a mené la partie la plus importante de ces deals en 2012, devançant Goldman Sachs et Citigroup.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article