Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Inflation : quand l'Allemagne reçoit de l'argent pour emprunter

9 Janvier 2012 , Rédigé par jean-christophe duplat Publié dans #Marchés financiers

Tandis que les taux italiens et grecs se situent toujours au-delà de 7%, l’agence de la dette allemande annonce avoir levé ce matin 3.9 Mia € à un taux moyen de..-0.0122 %, une première émission à taux négatif sur un marché primaire.  

  

Ce taux négatif est un signal important sur aux moins deux points : d’une part, il marque l’accord tacite des créanciers sur une perte de pouvoir d’achat en contrepartie de la sécurité relative d’un bon d’état. Ce stade d’acceptation de l’érosion monétaire par l’emprunteur est une étape cruciale sur la voie hyperinflationniste dans laquelle nous nous sommes engagés.

Il faut bien comprendre que dans ce cas de figure, l’état allemand reçoit de l’argent pour émettre de la dette, ce qui devrait donner des idées à quelque dirigeant dispendieux soucieux de renouveler à bon compte son « stock » de dette…

 

D’autre part, il nous indique que la marge de manœuvre des investisseurs institutionnels - ceux qui ont accès au marché primaire - se réduit puisqu’ils ne pourront dorénavant plus prendre de marge en achetant des obligations rentables (à rendement positif) pour les remettre immédiatement sur un marché secondaire, qui offrait des taux négatifs depuis quelque temps déjà,  en encaissant une prime au passage, son acheteur acceptant une destruction monétaire immédiate.

Il lui faudra dorénavant parier sur un différentiel de décote entre ces deux marchés, ce qui est plus aléatoire.   

 

 “Jan 9 (Reuters) - German Finance Agency, the federal 
 government's debt management office, sold 3.9 billion euros of 
 its new 6-month Bubill, the Bundesbank said on Monday.   
  Results of Dec 5 sale included for reference:   
    
  AUCTION DATE 09/01/12 05/12/11  
  AVG. YIELD -0.0122 pct 0.001 pct  
    
  AVG. ACCEPTED PRICE 100.00616 100 
  LOWEST ACCEPTED PRICE 100 pct   
  TOTAL BIDS 6.075 bln euros 10.254 bln euros 
    
  ALLOTTED 3.9 bln euros 2.675 bln euros  
  RETAINED 0.1 bln euros   
  BID COVER RATIO 1.8 3.8   
  TOTAL VOLUME 4 bln 3.0 bln euros  
    

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

BA 16/01/2012 21:31

Lundi 16 janvier 2012 :

Mario Draghi (BCE) : « Sans triple A, le FESF doit être renfloué. »

Strasbourg (Parlement européen) - Le président de la Banque centrale européenne (BCE) Mario Draghi a estimé lundi que le Fonds de secours européen FESF, privé de sa note AAA par Standard and
Poor's, devrait être renfloué pour garder sa force de frappe en l'état.

Il faut des contributions supplémentaires des pays encore notés AAA pour que le FESF conserve la même capacité ou puisse prêter au même taux, même après une dégradation, a-t-il dit lors d'une
audition devant le Parlement européen.

(©AFP / 16 janvier 2012 20h33)

http://www.romandie.com/news/n/_ALERTE___Draghi_BCE_sans_triple_A_le_FESF_doit_etre_renfloue160120122001.asp

En zone euro, quatre Etats sont notés AAA.

Ces quatre Etats AAA sont des Etats du nord de l'Europe : l'Allemagne, les Pays-Bas, le Luxembourg, la Finlande.

Dans les mois qui viennent, ces quatre Etats AAA accepteront-ils de payer des contributions supplémentaires au FESF pour aider les autres Etats de la zone euro ?

BA 16/01/2012 20:32

Lundi 16 janvier 2012 :

FESF : Standard and Poor's abaisse d'un cran la note à AA+, n'exclut pas de la relever.

L'agence d'évaluation financière Standard and Poor's a abaissé lundi d'un cran à AA+ la note du Fonds de soutien européen (FESF), mais n'exclut pas de la relever à AAA si des garanties
supplémentaires devaient lui être accordées, selon un communiqué.

Cette décision est la conséquence de l'abaissement de la note de la France et de l'Autriche, qui faisaient partie des Etats notés AAA et permettaient au Fonds, par leurs garanties, de bénéficier de
la note optimale de SP.

(©AFP / 16 janvier 2012 19h34)

En zone euro, quatre Etats sont notés AAA.

Ces quatre Etats AAA sont des Etats du nord de l'Europe : l'Allemagne, les Pays-Bas, le Luxembourg, la Finlande.

Dans les mois qui viennent, ces quatre Etats AAA accepteront-ils d'apporter des garanties supplémentaires au FESF pour aider les autres Etats de la zone euro ?

BA 15/01/2012 22:20

En zone euro, quatre Etats sont notés AAA.

Ces quatre Etats AAA sont des Etats du nord de l'Europe : l'Allemagne, les Pays-Bas, le Luxembourg, la Finlande.

Dans les mois qui viennent, ces quatre Etats AAA accepteront-ils de payer davantage pour aider les autres Etats de la zone euro ?

Dimanche 15 janvier 2012 :

Un grand patron allemand évoque une sortie de l’Allemagne de l’euro.

Le patron du géant allemand des gaz industriels Linde, Wolfgang Reitzle, a pris position pour une sortie de l’Allemagne de la zone euro au cas où l’on ne parviendrait « pas à discipliner les pays
en crise », dans une interview au magazine Spiegel, à paraître lundi 16 janvier. « Si on ne parvient pas à discipliner les pays en crise, l’Allemagne doit se retirer », déclare M. Reitzle, ajoutant
« ne pas croire personnellement qu’il faille sauver l’euro à tout prix ».

Selon l’hebdomadaire, M. Reitzle est le premier patron d’une entreprise cotée à l’indice Dax des 30 valeurs vedettes de la Bourse de Francfort à prendre une telle position.

« Ce scénario n’est à mes yeux pas souhaitable, mais il ne doit pas non plus être considéré comme tabou », a souligné le chef d’entreprise, qui considère qu’après le choc des premières années lié à
sa sortie de l’euro, l’économie allemande pourrait retrouver toute sa compétitivité.

http://www.ouest-france.fr/ofdernmin_-Un-grand-patron-allemand-evoque-une-sortie-de-l-Allemagne-de-l-euro_6346-2032422-fils-tous_filDMA.Htm

BA 14/01/2012 13:54

Pronostic : cinq Etats du sud de l’Europe vont quitter la zone euro (Espagne, Italie, Portugal, Chypre, Grèce).

- Les cinq Etats du sud de l’Europe continuent de se rapprocher du défaut de paiement.

- Sont abaissées d'un cran les notes : de la France, qui tombe à AA+ sous perspective négative, de l'Autriche, qui tombe à AA+ sous perspective négative, de la Slovénie, de la Slovaquie et de
Malte.

- Standard and Poor’s abaisse de deux crans la note de l’Espagne, de l’Italie, du Portugal et de Chypre, tous les quatre avec perspective négative.

- Les banques ont annoncé vendredi qu’elles suspendaient leurs négociations avec Athènes sur les modalités de la restructuration de la dette publique de la Grèce, et laissé entendre qu’elles
pourraient revenir sur leur engagement à en effacer volontairement une grande partie.
Grèce : taux des obligations à un an : 396,637 %.
Grèce : taux des obligations à 2 ans : 163,237 %.
Grèce : taux des obligations à 5 ans : 51,697 %.
Grèce : taux des obligations à 10 ans : 34,364 %.

- Conséquence : le FESF et le MES vont être dégradés.

- Conséquence numéro 2 : le FESF et le MES seront incapables de sauver du défaut de paiement les cinq Etats du sud de l’Europe.

La zone euro va exploser : les cinq Etats du sud de l’Europe ne pourront pas rester dans la zone euro.

BA 13/01/2012 21:46

Vendredi 13 janvier 2012 :

Grèce : taux des obligations à un an : 396,637 %.
Grèce : taux des obligations à 2 ans : 163,237 %.
Grèce : taux des obligations à 5 ans : 51,697 %.
Grèce : taux des obligations à 10 ans : 34,364 %.

Le ministre de l'Economie François Baroin a confirmé sur France 2 que la France avait perdu son triple A auprès de Standard & Poor's, avec une note abaissée d'un cran, à AA+. "Ce n'est pas une
bonne nouvelle, mais ce n'est pas une catastrophe", a-t-il estimé sur France 2.

"Aujourd'hui, la France est une valeur sûre, elle peut rembourser sa dette, et les nouvelles concernant notre déficit sont meilleures que prévu", avait affirmé plus tôt Valérie Pécresse.

Pour sa part, le conseiller spécial du président français Henri Guaino s'est évertué, à cent jours de la présidentielle, à défendre le chef de l'Etat, qui sera candidat selon toute vraisemblance,
et à replacer l'abaissement de la note de la dette à long terme de la France dans le contexte de la crise de la zone euro.

"Vous voyez bien que toute la zone euro est en crise, a-t-il fait valoir. Le mauvais coup qui pourrait être porté contre la France, c'est que la zone euro explose", a-t-il ajouté.

http://www.romandie.com/news/n/_Perte_du_triple_A_Sarkozy_reunit_ses_principaux_ministres130120122001.asp