Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Euro : exit strategy pour l'Allemagne ? l' USD toujours à privilégier

5 Avril 2010 , Rédigé par jean-christophe duplat Publié dans #Economie

Alors que l'on apprend 

qu'une banque grecque, détenue par l'Etat, qui plus est, a joué une...faillite de son propre actionnaire en shortant un milliard d'euros,

que la dette du Portugal est revue à la baisse par l'agence de notation Fitch, confirmant ainsi la propagation de la crise de dette des Etats au sein de l'Eurozone

certains se posent à présent ouvertement la question d'une sortie de l'Allemagne de l'eurozone, laissant derrière elle un zone emplie de pays surendettés et incapables de gérer leurs déficits sans la "solidarité européenne"...

La Grèce par exemple - tant qu'il s'agit de la Grèce peu de monde s'en préoccupe, mais attendons qu'un pays comme la France soit touché - voudrait continuer à se financer à bon compte en bénéficiant de la réputation de l'euro, mais sans prendre aucune mesure d'autodiscipline dans la gestion de ses finances.

Alors, une crise qui double son taux de financement sur les marchés à plus de 6% - malgré l'"aide" de ses pairs et du FMI, une manoeuvre politicienne qui au final ne sera jamais activée - creuse son déficit de manière irréversible. 

L'Allemagne qui, pendant des années, a fait des efforts d'austérité, relançant ses exportations, relevant le taux de TVA, gelant les salaires pendant une période, ramait à contre-courant de la Grèce, qui laissait exploser le coût du travail sous l'emprise d'un syndicat surpuissant, sans que la productivité ne s'améliore, bien au contraire.

Alors, en se faisant traiter de profiteurs par la Ministre des Finances française, déclarant qu'un pays dont l'économie est basée sur les exportations étant mieux armée que les autres contre la récession et devrait accroître sa solidarité vis-à-vis des pays faibles - comprenez les pays incapables de se prendre en mains - on pourrait comprendre qu'elle brandisse la menace d'une sortie de l'Eurozone.

Une nouvelle recherche de bouc-émissaire, si courante en période de crise. Rappelons que la crise actuelle fut d'abord attribuée par le monde politique aux vendeurs à découvert, puis ce fut la faute des paradis fiscaux, puis du salaire des patrons, etc etc. Maintenant, l'on se rapproche du but, et les Etats visent les Etats. Mais les moins à même de donner des leçons se font fort de sermonner ceux qui les assistent depuis une décennie. La crise du nivellement par le bas continue..

Pour toutes ces raisons, il est toujours plus intéressant d'investir en USD plutôt qu'en Euro. Non pas parce que l'économie américaine est nettement supérieure à l'économie européenne, mais parce que l'Euro entre dans une période de grande faiblesse et d'instabilité qui pourrait le mener bien plus bas.

 

 

 




Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article