Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pourquoi Warren Buffett s’offre-t-il Burlington Northern Santa Fe?

19 Novembre 2009 , Rédigé par jean-christophe duplat Publié dans #Marchés financiers

Warren Buffett , qui possède et dirige le fonds Berkshire Hataway est un investisseur connu et reconnu par tous pour son sens des affaires et de la communication, qu’il veut ouverte et sans détours.

Tout comme pour d’autres investisseurs de taille (Frère, Bolloré, Seillière et autres Arnault) je ne suis pas tout-à-fait persuadé que ce soit son sens du timing qui soit à la source de leur succès, sinon que dire de leurs investissements récents - parfois juste avant l'éclatement des marchés – en AIG et Amex pour Warren Buffet, en Lafarge, Imerys, Pernod, Havas, Saint-Gobain et Carrefour par exemple pour les autres- mais c'est qu'ils ont un horizon d'investissement sans limite, sur plusieurs générations, et c'est ce facteur temps qui les rend intéressants, et qui entretient le culte.

Je pense en outre que Warren Buffet est un excellent indicateur de crise dans lequel les media aiment à se réfugier quand les temps deviennent incertains.  Anecdotique : une recherche sur Google en début d’année 2008 recensait 4,5 millions de résultats, aujourd’hui on arrive à 6,15 millions.

Les media sont ces derniers jours très affairés à justifier la montée de l’investisseur américain  à 100% du capital de Burlington Northern, une compagnie de chemins de fer, en indiquant que c’était un pari sur la reprise américaine.

Faire une offre à 100 USD par action, alors qu’il aurait pu l’acheter à 50 USD il y a quelque mois. Quel intérêt ?


Il est alors bon de se souvenir qu’il avait déclaré en 1977 « En période d’inflation, il est fantastique de devenir propriétaire d’un péage (maritime). Les investissements les plus lourds ont été réalisés. L’infrastructure a été réalisée avec d’anciens dollars, et elle ne doit plus être remplacée avec des dollars dévalués »

L’infrastructure de la compagnie de chemins de fer qu’il vient d’acheter a été construite avec de vieux dollars non dévalués, les revenus et le cash-flow sont connus d’avance, indexés sur l’inflation, et  les coûts d’entretien sont minimes.

L’(hyper)inflation, que nous attendons sur ce blog, pointe le nez trois ans en moyenne après le début de la mise en route de la machine à billets par la FED. Or cette machine à imprimer les dollars a commencé à « faire des heures supplémentaires » au troisième trimestre 2007. Attendons donc la seconde partie de 2010.

 Lorsque l’inflation ressurgira, nul doute que tout le monde s’émerveillera de la qualité de l’investissement de Warren Buffett.

Il a d’ailleurs annoncé hier son renforcement au sein du capital de Wal Mart, première chaîne de distribution américaine. Prévoit-il déjà un renchérissement de notre ticket de caisse, sur lequel l’inflation a beaucoup de pouvoir?

Plus simplement il est aussi temps de transformer le cash, destiné à se dévaloriser, en actifs sécurisés qui permettront de profiter de ce retour d’inflation.

Il existe sur la cote plusieurs valeurs qui permettent de parer à ce retour d’inflation,  comme tout le secteur des matières premières et engrais , ou le secteur des autoroutes ou péages (Autostrade en Italie, SMPTC sur Euronext Paris). A voir avec votre gestionnaire - s’il les connaît - pour analyser la prise de risques..

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

dimdeb 01/12/2009 12:40


Quelle est la source qui vous permet d'affirmer que l'inflation arrive 3 ans après le début des heures supp. de la planche à billets. Est-ce que son utilisation à chaque fois donné lieu à de
l'inflation? L'utilisation de cette "nouvelle" monnaie ne devrait-elle pas être considérer afin de mesurer l'impact en terme d'inflation?

Merci pour vos commentaires.


jean-christophe duplat 02/12/2009 23:09


Bonsoir,
Merci pour votre commentaire.
Bon nombre d'analyses ont démontré la forte corrélation, et ce délai de 36 mois, entre l'augmentation de la masse monétaire M3 et l'apparition de l'inflation. C'est d'ailleurs le
principal outil de travail des banques centrales européennes, qui surveillent et veulent maîtriser l'évolution de cette masse monétaire. 
La Suisse d'autre part ne veut pas la voir évoluer de plus de 3% par an.
Aux Etats-Unis, voir ce graphe http://research.stlouisfed.org/fred2/graph/?chart_type=line&s[1][id]=M3NS&s[1][transformation]=pc1 ,ils
ont décidé de ne plus faire de publication officielle sur cete masse monétaire à partir de mars 2006, prétextant que ce n'était pas un bon indicateur, et que la M2, qui progresse moins
sauvagement, est "idéale" à suivre...par le public.
Vous pouvez observer les périodes de chauffe en 1970, peu avant l'inflation galopante qui a débuté en 1973 (d'ailleurs aussi pendant un long marché baissier en bourse qui a duré de
1968 à 1980), et la période faste 1995-2000.
L'inflation doit aussi être perçue comme un danger si toute la nouvelle monnaie que vous mentionnez commence à circuler - les banques gardent pour l'instant cet argent pour augmenter leurs réserves
-et est réinjecté dans le circuit traditionnel (prêts aux entreprises, aux particuliers, etc). Car l'on oublie que cette vitesse de circulation, qu'on appelle la vélocité, est un vrai propulseur
d'inflation. J'en parlerai dans un prochain article.

A cet égard, il sera intéressant d'observer les politiques de retrait des plans de relance et donc d'asséchement de ces liquidités par les Etats, et de regarder si la volonté politique de faire
circuler cette monnaie, en pensant que la consommation va repartir, sera tout-à-coup battue en brêche par "le monstre inflationniste" qui leur apparaîtra.

Merci d'être passé par ici et bonne soirée