Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Taux d’intérêts négatifs et negative carry : la seconde mort du système bancaire

19 Juillet 2012 , Rédigé par jean-christophe duplat Publié dans #Macro-économie

Les émissions d’obligation à taux négatifs se multiplient.

Plus la cause-racine de la crise tarde à être attaquée, et même peut-être résolue, plus les investisseurs, dont les gouvernements ont bonne conscience de la réserve constituée par leur taux d’épargne – notez la « meilleure mise à contribution de l’épargne privée » en page 8 de ce plan de relance marginal - , préfèrent perdre un peu de rémunération, et être sûrs de retrouver leur épargne à l’échéance, plutôt qu’accepter un risque non mesuré d’investissement en le plaçant dans un actif à risque.

 

Ce changement de la donne va accélérer la chute des marges bancaires, qu’elles tentent tant bien que mal, et avec de l’argent qu’elles n’ont pas,  de restaurer,  et va les forcer à devoir trouver un nouvel angle d’attaque pour une stratégie commerciale.

 

Auparavant, lorsque l’argent placé en banque s’appréciait au fur et à mesure que le temps passait, puisque le taux d’intérêt était supérieur à l’inflation, et que la défiance envers le système communautariste européen n’était pas de mise, les banques faisaient du profit sur la reprise des montants sous gestion placés à long terme, qu’elles re-prêtaient à court terme, pour profiter de ce déséquilibre, et gagner une marge réelle sur une double utilisation virtuelle de ces fonds.

 

Nous avions déjà à l’époque soutenu que lorsque les établissements financiers concoctaient ces plans – et encore aujourd’hui -  elles devaient signaler à leurs clients épargnants que leur argent allait être re-prêté à des tiers et serait donc indisponible le temps du nouveau prêt.

Un extrait de compte qui montre un solde à 0€ lorsque le client avait déposé 10’000€ par exemple Pas très confortable pour le banquier, mais efficace pour lutter contre l’expansion monétaire virtuelle qui a mené à la fin d’un système.. 

 

A partir de 2007, tout ce montage traditionnel invisible s’est rapidement montré dangereux, la perte de montants parfois significatifs pour les épargnants en termes de pouvoir d’achat, les ayant forcés à utiliser leur épargne pour maintenir un certain train de vie 

19072012-PSAVERT_Max_630_378.png

 

On connaît la suite : pour compenser cette érosion des dépôts, et pour que ces établissements soient capable de faire face à leurs engagements quant aux demandes de remboursement de montants prêtés de multiples fois, les banques centrales sont intervenues.

Et il semble que LTRO1 et  LTRO2 n’aient vraiment pas été suffisants pour y remédier.

 

Dorénavant l’argent perd de sa valeur dès qu’on le place sans s’en occuper activement.

Plus le temps passe, moins les dépôts auront donc de la valeur en taux réels.

Les banques ne pourront pas répéter le scénario du prêt de l’argent censé ne pas être retiré à court ou moyen terme, pour le remettre en circulation à court terme, et vivre sur le différentiel de taux.

 

Elles vont maintenant, pour être capable de redresser ce déséquilibre et pouvoir retrouver une rentabilité à court terme, devoir conseiller à leurs clients de vendre leurs actifs, et donc accélérer le deleveraging en cours, pour obtenir du cash à court terme qui va leur permettre de combler la perte de revenus. En d’autres termes, elles vont devoir adopter une politique qui mènera à un appauvrissement global du système.

Nul doute que, comme cette politique commerciale n’aboutira pas, la banque centrale prendra alors un rôle encore plus…central en leur prêtant aussi à des taux d’intérêt négatifs.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

BA 24/07/2012 21:39

Mardi 24 juillet 2012 :

L'Espagne et l'Italie sont en faillite.

Italie : taux des obligations 10 ans : 6,597 %.

Italie : la Bourse de Milan chute de 2,71 %.

Espagne : taux des obligations 10 ans : 7,621 %. Record historique battu. Le taux n'avait jamais été aussi haut.

http://www.bloomberg.com/quote/GSPG10YR:IND

Espagne : la Bourse de Madrid chute de 3,58 %.

La crédibilité de l'Espagne sur les marchés financiers a subi un nouveau coup mardi alors que la Catalogne, l'une de ses régions les plus puissantes, a admis qu'elle pourrait demander l'aide du
gouvernement.

La région du Nord-Est du pays, deuxième en termes de contribution au PIB, a l'intention de solliciter elle aussi une aide de Madrid, après une demande similaire formulée vendredi par Valence, a
indiqué le responsable de l'économie du gouvernement catalan.

Interrogé par la BBC sur un éventuel appel de la Catalogne aux finances du gouvernement espagnol, Andreu Mas-Colell a répondu : "Oui. La situation actuelle est que la Catalogne ne dispose pas
d'autre banque que le gouvernement espagnol".

Une annonce qui survient alors que l'Espagne elle-même est en danger sur les marchés, avec comme enjeu d'"éviter un effondrement financier imminent", souligne le journal El Economista. La plupart
des analystes fixent octobre comme date limite.

Le Trésor espagnol a d'ailleurs dû payer cher mardi pour emprunter 3,05 milliards d'euros, avec des taux passant de 2,362% à 2,434% pour les bons à trois mois et de 3,237% à 3,691% pour ceux à six
mois, par rapport à la dernière émission similaire, le 26 juin, où ils s'étaient déjà envolés.

BA 24/07/2012 10:11

Pour pouvoir sauver la Grèce, l’Espagne et l’Italie, le Mécanisme Européen de Stabilité, MES, sera doté d'un capital de 700 milliards d'euros.

Je recopie Wikipedia :

« Le MES sera doté d'un capital autorisé fixé à 700 milliards d'euros dont 80 milliards à verser par tranche de 20% sur cinq ans. »

Quels sont les cinq pays qui donneront le plus d’argent au capital du MES ?

1- L'Allemagne versera au capital du MES la somme de 190,024 milliards d'euros.

2- La France versera au capital du MES la somme de 142,701 milliards d'euros.

3- L'Italie versera au capital du MES la somme de 125,395 milliards d'euros.

4- L'Espagne versera au capital du MES la somme de 83,325 milliards d'euros.

5- Les Pays-Bas verseront au capital du MES la somme de 40,019 milliards d’euros.

http://fr.wikipedia.org/wiki/M%C3%A9canisme_europ%C3%A9en_de_stabilit%C3%A9#Contributions

En clair :

La Grèce, l'Espagne et l'Italie sont en faillite.

La Grèce, l'Espagne et l'Italie sont en train de se noyer, et ils entraînent les autres Etats de la zone euro vers le fond de l'océan.

BA 23/07/2012 11:38

Lundi 23 juillet 2012 :

Vers 11 heures 30 :

Espagne : taux des obligations à 10 ans : 7,478 %. Record historique battu. Le taux n’avait jamais été aussi haut depuis la création de l’euro.

http://www.bloomberg.com/quote/GSPG10YR:IND

Espagne : la chute du PIB s'est accentuée au 2e trimestre, à -0,4%.

L'activité économique de l'Espagne, entrée en récession au premier trimestre, a diminué à un rythme plus intense entre avril et juin que les deux trimestres précédents, selon des estimations de la
Banque d'Espagne publiées lundi dans son bulletin mensuel.

L'activité économique a reculé de 0,4%, par rapport au premier trimestre 2012 qui avait déjà enregistré une baisse du PIB de 0,3%, alors que le gouvernement prévoit une contraction de l'activité de
1,5% sur l'ensemble de l'année.

http://www.romandie.com/news/n/_ALERTE___Espagne_la_chute_du_PIB_s_est_accentuee_au_2e_trimestre_a__04_12230720121034.asp

BA 22/07/2012 20:30

Dimanche 22 juillet 2012 :

Une seconde région espagnole va demander l'aide financière de Madrid.

La région de Murcie, dans l'est de l'Espagne, a annoncé dimanche qu'elle allait demander à son tour une aide financière à Madrid, deux jours après une demande similaire formulée par Valence.

Le président du gouvernement régional de Murcie, Ramon Luis Valcarcel, a indiqué au quotidien régional La Opinion de Murcia que son gouvernement demanderait « environ 200 à 300 millions d'euros »
au nouveau fonds public, doté d'un montant total maximum de 18 milliards d'euros, mis en place la semaine dernière par Madrid pour venir en aide aux régions en difficulté.

M. Valcarcel a affirmé que la Murcie demanderait formellement cette aide au cours du mois de septembre, ajoutant qu'il s'attend à ce que les conditions posées par le gouvernement central en échange
de ces fonds soient « très strictes ». « Personne ne doit penser qu'ils vont nous faire cadeau de cet argent », a-t-il ajouté.

Pour sa part, la région de Valence, très fortement endettée, avait indiqué vendredi qu'elle allait faire appel à ce fonds faute de pouvoir trouver l'argent nécessaire pour remplir ses obligations
financières.

http://www.lesechos.fr/economie-politique/monde/actu/0202183920504-une-seconde-region-espagnole-va-demander-l-aide-financiere-de-madrid-346171.php

En Espagne, ce sont six régions qui sont en faillite.

Deux régions ont officiellement demandé l'aide de l'Etat : la région de Valence, et la Murcie.

Les quatre autres régions en faillite sont la Catalogne, Castille-La Manche, les Baléares et l'Andalousie.

http://economia.elpais.com/economia/2012/07/20/actualidad/1342813051_914812.html

Espagne : taux des obligations à 10 ans : 7,267 %. Record historique battu. Le taux n’avait jamais été aussi haut depuis la création de l’euro.

http://www.bloomberg.com/quote/GSPG10YR:IND

BA 21/07/2012 11:55

Samedi 21 juillet 2012 :

De plus en plus, les investisseurs internationaux placent leur argent dans cinq abris antiatomiques. De plus en plus, ils mettent à l’abri leur argent dans les obligations de ces cinq Etats :

Allemagne : taux des obligations à 10 ans : 1,167 %. Record historique battu. Le taux n’avait jamais été aussi bas.

Finlande : taux des obligations à 10 ans : 1,407 %. Record historique battu. Le taux n’avait jamais été aussi bas.

Pays-Bas : taux des obligations à 10 ans : 1,594 %.

Autriche : taux des obligations à 10 ans : 1,890 %.

France : taux des obligations à 10 ans : 2,073 %.

http://www.bloomberg.com/quote/GFRN10:IND

Mais en revanche, les investisseurs internationaux fuient les Etats européens périphériques. L’Italie et l’Espagne sont deux bombes atomiques financières. Ces deux bombes atomiques financières vont
bientôt exploser.

Italie : taux des obligations à 10 ans : 6,166 %.

Espagne : taux des obligations à 10 ans : 7,267 %. Record historique battu. Le taux n’avait jamais été aussi haut depuis la création de l’euro.

http://www.bloomberg.com/quote/GSPG10YR:IND

Les investisseurs internationaux savent que les deux bombes atomiques financières vont exploser.

Ils s’y préparent.

Nous-aussi, nous devons nous préparer à l’explosion.