Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Troisième transfert de dettes : le nid d’inflation

9 Décembre 2010 , Rédigé par jean-christophe duplat Publié dans #Economie

 

Nous avons vu se transformer jusqu’à présent une dette massive privée, les établissements financiers étant en défaut de pouvoir les rembourser, en dette publique.

Ces derniers, chacun de ces états annonçant à son tour son incapacité de rembourser, se déchargent maintenant sur la BCE, un organisme décidément bien centrifuge,  qui vient de racheter pour 100 Mio EUR d’obligations portugaises. Après lui avoir prêté moins d’argent pour émettre de nouveaux titres..  

 Une manière, pour un organisme qui n’a pas le pouvoir d’imprimer des billets, de procéder à un « quantitative easing » plus insidieux que celui de la Fed américaine, puisque la BCE ne gonfle « que » sa propre dette en inscrivant simplement ces montants –non sécurisés par un actif tangible -  à son passif.  

Et l'antidote qui relie création monétaire sans contrepartie et desserrement du nœud coulissant qui s’installe au cou des banques centrales, c’est l’inflation. 

On entend encore aujourd’hui plusieurs échos  - notamment en provenance de Ben Bernanke - qui affirment que l’inflation disparaît en temps de crise. Ou d’autres sources  qui nous disent que l’inflation est maîtrisée et sous contrôle. Ce n’est pas vrai.

Le CPI (Consumer Price Index, index qui mesure l'évolution des prix) nous indique qu’aujourd’hui il est à un nouveau sommet, c’est-à-dire que la soudaine poussée d’inflation de la mi-2008, considérée comme tout-à-fait déraisonnable et comme un « accident de parcours » à l’époque, a été avalée  en moins d’un an et demi.

CPI-122010.JPG 

En cas de défiance dans la monnaie, cette douce pente inflationniste pourrait rapidement devenir assez raide. D’autant que le pétrole n’a pas encore rejoint ses sommets de l’époque, lui qui était responsable de cette poussée d’inflation. Il en est même assez loin, mais s’il arrive à s'affranchir les 95 USD, il pourrait être rapidement rallier ses sommets.

wti-3-ans-091210.png

Avec 10% d’inflation annuelle, il faut 7 ans pour anéantir les économies des épargnants. Pour l’instant certains dirigeants se gaussent de résister à la crise grâce au taux d’épargne remarquable de leurs citoyens. Ils ne devraient pas perdre de vue que, à partir d’un certain niveau de fuite en avant et de création monétaire artificielle, la panique de détenir du cash deviendra plus importante que la peur d’investir dans n’importe quelle autre classe d’actifs. Les épargnants troqueront leur épargne, vendront la monnaie et provoqueront cette nouvelle vague d’inflation. Tant mieux pour l’or et l’argent, qui emprunteront la même pente ascendante.  L'argent qui vient d'ailleurs de franchir les 30 USD par once, et réduisant sa valeur dans une once d'or à moins de 50, niveau d'avant crise.

gold-silver-091210.png

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article