Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Commodities vs stocks : un cycle à ne pas négliger

23 Septembre 2010 , Rédigé par jean-christophe duplat Publié dans #Macro-économie

 

On peut être fervent défenseur de l’investissement en actions, ne croire qu’au potentiel des entreprises, et finalement se rendre compte que, les cycles prenant le dessus, il vaut mieux quitter ces marchés de temps à autre pour s’installer sur le côté de la balançoire qui va se relever. Deux thèmes qui s’opposent de cette manière sont les matières premières (commodities) et les actions.

 

L’on observe que ces deux thèmes se relaient tous les 15 ans environ. Ainsi, vu a posteriori,  il valait mieux être investi en actions de 1919 à 1929, de 1950 à 1969, de 1983 à 2000, tandis que les investissements en commodités ont été mieux valorisés de 1930 à 1949, de 1970 à 1982, et depuis l’éclatement de la bulle internet en 2001. Nous avions d’ailleurs vu précédemment que Historiquement, l’on observe aussi que la psychologie de marché fait que les investisseurs se ruent sur les actifs très tangibles en cas de doute, peur, ou autre guerre, et que dans les périodes de renouveau (fin de guerre, chute du mur de Berlin et fin du communisme, etc) les gens privilégient l’achat d’actions.  

les indices n’ont rien gagné depuis lors.  

 

 

Fondamentalement, on pourrait même se dire que les marchés d’actions – vivants, actifs, optimistes - reprennent leur cycle ascendant lorsque l’homme revient au centre des préoccupations, et que lorsque l’on y met la Terre (invasions pour s’accaparer de territoires, ou – thèmes très à la mode - annonce de la mort de la planète, ou de la disparition de l'espèce humaine par une pandémie), l’investisseur redevient pessimiste et se tourne vers les matières premières – inertes pour la plupart, exprimant le pessimisme.  

 

Pratiquement si l'on met en relation l'indice des valeurs technologiques, les plus dynamiques et plus sensibles à la hausse des actions, avec le fonds de matières premières de Jim Rogers, l'on peut constate que les actions valent dans les cycles hauts plus de 15 fois les matières premières et que, depuis le début de la crise actuelle, ce ratio oscille entre seulement 3.5 et 7.

 

commodities-vs-techno-220910.png

 

Alors, sommes-nous encore pour longtemps dans ce marché favorable aux matières premières entamé en 2001 ? Nous ne voyons pas pour l’instant de signe d’affaiblissement de cet engouement, ni au niveau des marchés ni au niveau macro-économique. Rendez-vous dans quelques années.

  

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article