Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

“Very Bad Triple”, que va-t-il se passer ensuite ?

17 Janvier 2012 , Rédigé par jean-christophe duplat Publié dans #Macro-économie

Standard & Poors a donc dégradé le rating, cette indication qui donne une idée de la qualité de l’emprunteur, de 9 pays européens.

La pression vaine et stérile du monde politique a une nouvelle fois montré ses limites dans un monde où l’économique possède le vrai pouvoir. L’on observe quand même un sursaut d’orgueil - et surtout un oeil rivé sur les prochaines échéances électorales - de ces dirigeants, qui avaient axé toute leur communication de crise des trois dernières années sur cette « qualité d’emprunt indéniable », et qui maintenant assurent que la perte du triple A n’a en fait aucune signification et ne changera absolument rien dans la vie courante des contribuables.

 

Que pourrait-il se passer ensuite ?

 

Notre scénario privilégié reste la sortie de l’Allemagne de la zone euro, qui émettrait alors une nouvelle monnaie, gardant la confiance de l’ensemble de ses créanciers, et récupérant par là un levier essentiel mais oublié depuis 10 ans : le taux de change. Cette sortie allemande induirait une dépréciation rapide de la monnaie des pays restés dans la zone euro, devenue toxique à l’instar des produits financiers détenus par les banques centrales, afin de mécaniquement, et sans contrepartie, effacer une grande partie de la dette.

 

L’on assiste ces derniers jours à une pression de la BCE pour augmenter les fonds disponibles du MES (Mécanisme Européen de Stabilité),qui doit remplacer le FESF à terme, organisme tout-à-fait illégal, créé dans l’urgence afin d’obtenir les pouvoirs d’imprimer de la monnaie, à l’instar de la FED et dont le seul objectif serait de « nettoyer » les achats massifs de dette que la BCE a effectué, comme nous l'avions anticipé. On peut d’ailleurs se demander si cet organisme au capital de 700 Mia € est bien réaliste en exigeant 19 mia € de la Grèce « à première demande », la mise en faillite de ce pays étant toujours politiquement postposée, mais inéluctable.  

 

Cette pression de la BCE devrait continuer et se traduire à terme par la mise en place d’un programme d’impression de monnaie massif, un « Quantitative Easing » tel que nous en avons vu aux Etats-Unis.

Cette énième incursion dans la vie normalement autorégulatrice des marchés devrait se traduire par une volatilité de plus en plus forte des échanges, un rally boursier en réaction épidermique à cette annonce, puis un effondrement à la moindre contrariété.  Bref, la routine de ces 3 dernières années..

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

BA 18/01/2012 12:37

Le risque caché : si la Grèce sort de l’euro, c’est l’Allemagne qui explose en premier !

Le débat fait rage chez les économistes allemands. La Bundesbank, qui possède 465 milliards d’euros de créances sur l’Eurosystème, est de plus en plus exposée à l'éclatement de la zone euro.

Lors de la création de l’euro, les pays ont gardé leur banque centrale, bien qu’ils entrassent dans une monnaie unique. La structure formée de toutes ces banques centrales et de la Banque centrale
européenne (BCE) se nomme « l’Eurosystème ». Il s’agit d’une bizarrerie, normalement à une monnaie doit correspondre une seule banque centrale. Une étude d’Eric Dor de l’Iseg met en lumière les
effets délétères de cette construction baroque.

Au lieu d’avoir une banque centrale qui centralise les transactions de l’ensemble des banques européennes, chaque banque est en liaison avec la banque centrale de son pays. La liquidité est fournie
par les différentes banques centrales, et les banques commerciales déposent leurs réserves non pas à la BCE, mais dans leur banque centrale.

Ainsi, quand une entreprise grecque achète un produit allemand, une banque grecque transfère de l’argent à une banque allemande. Et la Bundesbank (la banque centrale allemande) se retrouve avec une
créance d’autant sur la Banque centrale de Grèce. A cela se rajoute les fuites de capitaux : personne ne prête aux banques grecques qui doivent donc se tourner vers leur banque centrale, et en plus
les déposants grecs vident leurs comptes pour les transférer à l’étranger.

On comprend ainsi que les banques centrales des pays exportateurs accumulent des créances de plus en plus importantes sur celles des pays importateurs : les prêts de la Bundesbank au reste de
l’Eurosystème atteignent le chiffre record de 465 milliards d’euros (en octobre 2011) ! En contrepartie, les dettes des banques centrales des pays de la périphérie de la zone euro se sont envolées,
pour atteindre 118 milliards d’euros pour l’Irlande, 108 milliards d’euros pour l’Espagne, 101 milliards d’euros pour la Grèce, 89 milliards d’euros pour l’Italie ou 57 milliards d’euros pour le
Portugal.

Les risques pour l’Allemagne sont énormes. Au cas où la zone euro éclaterait, la Bundesbank subirait des pertes gigantesques sur ces créances, car les nouvelles monnaies (drachme, etc.) perdraient
de la valeur par rapport à l’euro. Dans un tel scénario, la Bundesbank devrait être recapitalisée par l’État allemand, qui verrait sa propre dette publique s’envoler.

Et même sans rupture de la zone euro, la Bundesbank s’expose à des pertes potentielles. En effet, la Banque centrale de Grèce fournit de plus en plus de liquidité aux banques grecques, on l’a vu,
mais en échange de quoi ? En échange d’actifs (le « collatéral »), mais il faut gratter les fonds de tiroir et ceux-ci sont de moins en moins bonne qualité (des bons du Trésor grecs par exemple…).
A un moment il faudra bien enregistrer des pertes sur ces actifs dévalués, et ils seront à la charge de l’Eurosystème tout entier (dont la Bundesbank est « actionnaire » à hauteur de 30%, soit
autant de pertes).

Cette information est stupéfiante. On aurait voulu mettre un mécanisme d’autodestruction au cœur même de l’euro qu’on ne s’y serait pas pris autrement.

On comprend les cris d’horreur de nos gouvernants lorsqu’est évoqué une sortie de la Grèce de la zone euro : cela provoquerait une implosion du cœur de la zone euro, le pays le plus vertueux,
l’Allemagne, étant le plus touché ! On voit aussi qu’une faillite bancaire en Grèce impacterait instantanément toute la zone euro.

Il s’agit clairement d’un vice de construction de l’euro. Peut-on d’ailleurs encore parler de monnaie « unique » quand plusieurs banques centrales peuvent interagir et créer un risque systémique
?

Philippe Herlin.

http://www.atlantico.fr/decryptage/risque-sortie-grece-euro-explosion-bundesbank-dette-allemande-eurosysteme-philippe-herlin-269086.html