Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Articles récents

Tesla : chronique d'une bulle

2 Mai 2014 , Rédigé par jean-christophe duplat

En observant l’évolution du cours de bourse de Tesla, un constructeur de voitures trendy, nous avons cru y voir des similitudes avec des actions de la nouvelle vague, genre Facebook, Twitter ou encore Linkedin, ces valeurs dont le rapport entre la capitalisation boursière et le chiffre d’affaires s’élève à 35, 20 et 13 respectivement.

Car comment comprendre que Tesla, qui vend 22'500 voitures par an, puisse valoir presque deux fois plus que Fiat, qui vend 4.4 Mio de véhicules chaque année, ou 4 fois plus que Peugeot (même si Peugeot est probablement la prochaine marque qui va disparaître) ?

Ou que le rapport Capitalisation boursière/Chiffre d’affaires soit de 12.5 alors que la moyenne du secteur tourne aux alentours de 0.50 ?

Celui qui possède cette action doit être conscient que ce genre de progression elliptique , finit toujours par un atterrissage brutal.

Tesla : chronique d'une bulle
Tesla : chronique d'une bulle
Lire la suite

Vladimir Poutine, un bilan économique à faire rêver les politiciens occidentaux

21 Avril 2014 , Rédigé par jean-christophe duplat Publié dans #Macro-économie

Vladimir Poutine est le « flavour of the month », la tête de turc idéale du moment, choisie par les femmes et hommes politiques ainsi que les media occidentaux, tous soucieux de ramener l'opinion des citoyens à la pensée unique et la perte d'esprit critique, chères aux temps actuels.

Donc même avec 81% de taux de participation et 95% de oui lors du vote démocratique du rattachement de la Crimée à la Russie, et sous la surveillance d'observateurs de l'OSCE, cet homme aurait annexé la Crimée de fait (nous avons même lu le triste « Anschluss » dans le titre d’un grand journal belge bien-pensant).

 

Ce souci de la pensée unique fut même assorti d’une descente verbale en Europe de Barack Obama, comme l’aurait fait un seigneur du Moyen-âge pour protéger ses terres.

 

Nous avions vu précédemment que les crises se matérialisent par le choix d’une victime pour lui faire passer tous les maux sur lesquels les politiques sont impuissants (rappelez-vous notamment « les vendeurs à découvert qui ont provoqué la faillite des banques », c’était assez rigolo).

 

Voici le bilan économique de Vladimir Poutine (cfr tradingeconomics), qui est au pouvoir (ou indirectement, par l’intermédiaire de Dmitri Medvedev) depuis 1999. 

Multiplication par 2 du PIB par habitant ;

Une dette publique retombée de 99% à 8% du PIB ;

Inflation maîtrisée (plus de 125% lors de son arrivée au pouvoir, 8 actuellement) ;

La taux de chômage en diminution constante ;

 

Le bilan de la banque centrale russe maîtrisé et non elliptique comme ceux de la BCE et de la Fed

Et un taux d'emprunt très régulier

 

Un rêve sur le plan économique à l'aube des élections européennes

 

russia-gdp-per-capita.pngrussia-government-debt-to-gdp.pngrussia-inflation-cpi--1--copie-1.pngrussia-unemployed-persons--2-.pngrussia-central-bank-balance-sheet.png

Lire la suite

La BCE va imprimer de la monnaie

27 Mars 2014 , Rédigé par jean-christophe duplat Publié dans #Inflation

Nouveau tournant dans la gestion de la crise de la dette : la BCE s’apprêterait à effectuer du « Quantitative Easing », faire faire des heures supplémentaires à la planche à billets et inonder le marché de liquidités, à l’instar de la Fed, ce qu’elle avait toujours jugé non nécessaire jusqu’à présent. C’est un signe qui n’est pas très encourageant quant aux capacités de sauver le système financier dont la crise a débuté mi-2007.

En même temps, augmenter la dette pour retrouver la croissance est tout-à-fait antinomique, comme on l’a vu dans la gestion de crise japonaise, qui perdure depuis 22 ans : il faut d’abord assainir ses finances avant de pouvoir à nouveau penser à la croissance.

 

 

D’autre part, la BCE envisage également de rémunérer négativement l’argent que les banques reçoivent de la BCE, et qu’elles lui rendent pour le placer, pour éviter de le prêter aux entreprises et particuliers, beaucoup trop à risque selon elles.

Ce principe les forcera alors peut-être à faire circuler cet argent obtenu presque gratuitement de la BCE. Et qui dit circulation de fausse monnaie (monnaie créée sans aucune contrepartie) sous-entend retour d’inflation. Tout bon pour l’once d’or.

A propose d’or, avez-vous suivi le massacre de l’once à l’approche d’un puissant signal technique haussier (MM 50j qui croise à la hausse la MM à 200j). Qui pourrait donc vouloir empêcher le marché d’être tout-à-fait efficient ?

270314-gold-cross.png

 

Enfin, l’UE annonce un nouveau « tremplin pour la croissance » (lisez : fuite en avant) : ils vont relancer la titrisation.

Vous vous souvenez des subprimes, ces prêts toxiques centralisés dans un véhicule financier, saucissonné en multiples titres et vendus sous couvert de placement très rentable ?

C’est, semble-t-il, la nouvelle solution européenne à la crise.

 

 

Lire la suite

65 semaines, un rythme intéressant

12 Mars 2014 , Rédigé par jean-christophe duplat

Ceci nous rappelle les cycles d'Armstrong.: sur base d'un historique du S&P 500, et en le quadrillant de périodes de 65 semaines à partir du pic de mars 2000, l'on tombe systématiquement sur des points d'inflexion du marché. 

Nous arrivons à l'heure actuelle, et sur ces bases, à la fin d'un de ces cycles.

Nous serons attentifs à la sortie douce ou plus brutale de ce tournant.   

 

 

 

100314-65-weeks.png

Lire la suite

Mars, un mois anniversaire

10 Mars 2014 , Rédigé par jean-christophe duplat Publié dans #Marchés financiers

Ce mois de mars marque :

- le quatorzième anniversaire du point haut du marché en 2000 ; 

- les onze printemps du point bas atteint en 2003, après le degonflement de la bulle internet ; 

- le cinquième anniversaire du point bas de 2009 ; 

 

Mars reste le mois le plus impactant au niveau boursier.

Octobre suit avec notamment 1987 et 2007, deux effondrements de marché faisant suite à un plus haut atteint en juillet. 

 

100314-march-annif.png

 

Lire la suite

Inflation réelle via les biens de consommation primaires

27 Février 2014 , Rédigé par jean-christophe duplat Publié dans #Inflation

La Fed, par la voix de sa nouvelle présidente, Janet Yellen a hier réitéré son souhait de continuer à "monitorer" l''inflation (comprenez : arriver à continuer à publier des chiffres d'inflation ne tenant pas compte de l'évolution des prix alimentaires et pétroliers)  de telle sorte que l'augmentation des prix soit annoncée sous contrôle, comme c'est le cas depuis 2009.

 

Or, l'alimentaire commence justement à flamber sur le marché des matières premières, donnant la teneur de l'inflation réelle. 

Voici l'évolution de ces biens sur cette dernière semaine : + de 4% d'augmentation pour le soja et le sucre notamment contre une "perf" de 0.6% en bourse. 

 

 

140227-inflation-food.png

 

Sur les trois derniers mois, la situation est encore plus éloquente : le café s'adjuge une hausse de 63% pour un peu plus de 2% sur les marchés financiers, presque lanterne rouge. 

 

140227-inflation-LT.png

 

Non seulement ceci donne le signal que les marges des gros producteurs alimentaires seront mises sous pression dans les trimestres à venir, détériorant leurs prestations boursières, avec une pression potentielle sur les marchés, mais aussi que les tensions émergentes - rappelons que les événements du  "printemps arabe" avaient démarré sur une observation similaire - risquent de revenir au premier plan. 

 

 

Lire la suite

Belgique : vers de nouvelles fusions de communes ?

21 Février 2014 , Rédigé par jean-christophe duplat

La Belgique recensait, à sa création en 1830, 2'739 communes (villes ou villages).

Après quelques cessions et acquisitions de territoires, certaines bourgades furent perdues, d’autres nouvellement acquises, sans que le nombre de communes ne change significativement.

Jusqu’à la période 1961-1975, lorsque la Loi Unique qui permit d’abord aux petites communes de fusionner en cas de nécessité financière, linguistique, sociale, ou géographique, avant d’y autoriser les grosses agglomérations.

 

Il ne reste depuis 1983 que 589 communes : 308 en Flandre, 262 en Wallonie, et 19 en région bruxelloises.

 

Aujourd’hui, il apparaît que de nombreuses communes sont aux abois, notamment depuis que leur source de financement principale et majoritaire pendant des années, les dividendes en provenance du « holding communal », Dexia, sont en déshérence.

Avec notamment l’application de la norme « SEC 95 » (connue pourtant depuis 1995)elles ne sont plus autorisées à emprunter si leur budget n’est pas présenté en équilibre en début d’année.

Mais elles comptent bien continuer à s’endetter – à l’instar des états -  en repoussant leur responsabilité sur les épaules des contribuables.

Les annonces d’augmentation des taxes locales, foncières, et environnementales, se succèdent sans que les responsables politiques ne s’en émeuvent trop.

Pour mieux noyer le poisson, certaines communes - même libérales, si tant est que le libéralisme existe encore en Belgique - présentent la chose comme « une levée de fonds obligataire pour effectuer des investissements » #lol

 

 

La « nécessité financière » va donc tôt ou tard refaire son apparition au niveau local en Belgique.

Gageons que le prochain gouvernement (élections le 25 mai) soit obligé de remettre au jour des mesures de fusion des communes, voire même de supprimer les communautés, système féodal au coût abyssal.

 

 

 

Lire la suite

VIX et RSI à surveiller

18 Février 2014 , Rédigé par jean-christophe duplat Publié dans #Indicateurs avancés

Les places financières auraient fini de corriger, sans toutefois être entrées dans la phase de correction brutale à laquelle nous nous préparons. 

 

Le RSI, à plus de 70, a dépassé, et reste au-delà d'un niveau qui a toujours précédé un mouvement baissier d'envergure dans les 12 mois de ce franchissement.

Plus anecdotiquement, nous sommes aussi, en 2014, dans une année de mi-mandat aux Etats-Unis, et ces années (2002, 2006, 2010) ont toujours vu les bourses décrocher de + de 15% entre les mois d'avril et août. 

 

180214-rsi-spx.png

 

 

Le VIX d'autre part, nous indique que les marchés sont revenus dans une phase d'optimisme, en rejoignant progressivement  ses plus bas annuels, à 13.44.

Pour rappel,c'est également toujours à la barre des 12 que cet  indice de panique, venant toucher sa bande de Bollinger inférieure (en bleu), rebondit fortement - l'on voit clairement la barre des 21 comme un plafond toujours atteint - entraînant les marchés à la baisse. 

 

180214-vix-2.png

180214-vix.png

Lire la suite

Janvier en perte, année à risque

4 Février 2014 , Rédigé par jean-christophe duplat Publié dans #Indicateurs avancés

Le S&P 500 a clôturé le mois de janvier 2014 sur une baisse de -2.8%.

Une première baisse depuis 4 ans. En 2010, en effet, l'indice avait consolidé de -3.7%. 

 

Ci-dessous le récapitulatif au mois le mois des années ayant démarré par un mauvais premier mois. 

Nous avions déjà analysé par le passé la similitude des perfomances du mois de janvier sur celles de l'année complète : dans 68% des cas, une performance négative au mois de janvier se solde par un bilan négarif sur l'année entière. 

 

20140203_perfjanvier.jpg

Lire la suite

Rebond des taux, test grandeur nature

25 Janvier 2014 , Rédigé par jean-christophe duplat Publié dans #Indicateurs avancés

Avec une mini-vague de panique sur la santé réelle de l’économie  des pays émergents, l’on assiste depuis le début de la semaine à une répétition en avant-première de ce qui se produira sur les marchés dès lors que les taux remonteront plus sensiblement.

 

 

Le S&P 500 – qui n’a plus fait de « pause » marquée par une consolidation de 10% depuis plus de 2 ans – a brutalement décroché lorsque les taux se sont tendus. Il irait peut-être rejoindre ses niveaux d'octobre dernier (1650 points), lorsque les taux s'étaient déjà portés aux niveaux actuels. 

 

250114-TLT-SPX.png

 

 

Et comme chaque fois dans ces zones de turbulences, ce sont les secteurs de l'immobilier (RWR, le plus important tracker immobilier, en orange), des utilities et l'once d'or (GLD, en fuchsia) qui résistent le mieux, affichant des surperformances par rapport à l'indice (en bleu) depuis le début de l'année. 

 

250114-correl-immo-or.png

 

Enfin, et à propos de l'or, il est à noter l'important signal donné par le ratio SP500/GOLD, suivi notamment par les gérants de fonds pour procéder à leurs arbitrages. Celui-ci a percé une résistance à la baisse, à 1425, qui indiquerait un fort rebond à prévoir pour l'once d'or en parallèle à la baisse de l'indice, forçant notamment les vendeurs à découvert à récheter leurs positions. 

 

250114-spxgold.png

 

 

Lire la suite