Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Articles récents

Banques US : no stress..

10 Mai 2009 , Rédigé par jean-christophe duplat Publié dans #Marchés financiers

Le rapport de la Fed sur les besoins de recapitalisation des banques est donc sorti jeudi soir.
Un rapport de 38 pages qui détaille les besoins en trésorerie nette de chacune.
On peut y lire que le besoin en recapitalisation s'élève à 75 Mia USD, et déduire qu'il aurait été de 185 Mia USD en faisant abstraction des ventes d'actifs bancaires durant le premier trimestre 2009.
L'on y voit aussi (page 24) que Citibank - note personnelle :  probablement la banque américaine en plus mauvais état et qui a probablement un besoin de refinancement de 75 Mia USD à elle seule - ne nécessite la recherche que de 5 Mia USD grâce à un subterfuge habile, la reconversion de ses actions préférentielles en actions ordinaires au mois de février dernier, lui permettant d'assimiler 45 Mia USD à des fonds propres.

Tout va donc pour le mieux pour les autorités, qui devraient pourtant savoir qu'environ 30 trillions USD (c'est un 3 suivi de 18 zéros..) de CDo's sont toujours non identifiés dans les comptes de ces banques.

Voici les banques qui ont besoin de se recapitaliser :

Wells Fargo avait déjà annooncé son augmentation de capital jeudi.
http://www.latribune.fr/entreprises/banques-finance/banque/20090507trib000374511/wells-fargo-lance-une-augmentation-de-capital-de-6-milliards-de-dollars.html

Lire la suite

9 semaines de hausse sur les marchés..

9 Mai 2009 , Rédigé par jean-christophe duplat Publié dans #Marchés financiers

Voici les statisitiques de hausse des marchés sur les 75 dernières années (pour le S&P). Avec les 9 semaines de hausse que nous venons d'enregistrer, il devient ainsi statistiquement difficile d'aller plus loin.




Voici également les statistiques sur le nombre de semaines de baisse consécutives. Les hausses et rebonds techniques sont donc potentiellement plus longs que les cycles de baisse.


Lire la suite

Conséquences potentielles de la crise actuelle

8 Mai 2009 , Rédigé par jean-christophe duplat Publié dans #Economie

Nous l'avons vu précédement, le monde est occupé à se transformer ; nous sommes très vite passé d'un ère où la globalisation était devenu le mot d'ordre  général, à un monde plus protectionniste dans lequel les gouvernements prennent plus de place et essaient d'influencer l'industrie elle-même.
Les Etats-Unis et l'Angleterre ont les premiers nationalisé des banques et des industries agonisantes comme l'automobile, deux pans entiers de l'économie qui avaient habilement réussi à se transformer en géants qui malgré une très mauvaise gestion de leur croissance, avaient réussi à faire en sorte qu'il soient devenus trop grand pour que les Etats les laissent tomber. Notamment quant à la question de l'emploi, qui est une préoccupation politique première
Un hold-up avec préméditation organisé par ces entreprises sur l'argent public, en quelque sorte, et qui se transforme progressivement en relation incestueuse.

Nous sommes probablement entré dans une période où une place se creuse pour des gouvernements populistes, qui pourraient prendre des formes diverses : gauche social-démocrate( il est d'ailleurs intéressant de voir la vitesse à laquelle la "gauche de la gauche" se reforme en France), ou l’extrême droite, plus autoritaire.
Car il ne faut pas oublier que la dernière crise d'importance, celle de 1929 fut aussi le terreau de ce genre de développement (front populaire en France, nazisme et fascisme en Allemagne et Italie).

Une idée qui a fait son chemin progressivement dans l'opinion publique puisque, selon une enquête "Harris Interactive" - dont le détail figure ici - l'on peut notamment noter que, sur un plan global,  86% des participants prévoient une recrudescence des conflits sociaux, 59% pensent qu'un regain d'extrémisme est à craindre, et 50% prévoient des conflits physiques au sein de leur pays.
Lire la suite

Sell in May...

5 Mai 2009 , Rédigé par jean-christophe duplat Publié dans #Marchés financiers

Les ventes d’ « insiders », dirigeants d’entreprises  ou personnes occupant des fonctions-clé dans les entreprises cotées sur le Dow Jones, atteignent des niveaux extraordinaires en cette période de rebond des marchés, comme l’affirme cet article. Des niveaux de vente jamais vus depuis …1938.

Ceci confirme probablement le côté plus technique que fondamental du rebond qui dope les marchés actuellement, qu’il est probablement temps de se délester des plus-values récentes et de peut-être parier sur une baisse des indices.

D’autre part, si l’on considère que le report annoncé de la publication du stress test des banques américaines, initialement prévu le 4 mai, mais postposé à ce jeudi 7 est une échappatoire pour l’administration Obama – rappelons que seulement trois banques seraient capables de faire face à un durcissement des conditions de marché sans devoir lever des capitaux frais– qui, ce faisant, accepte que les banques continuent de profiter du rebond pour redorer leurs fonds propres, et peut-être passer au-dessus du cap fatidiques des 3%, si ce taux est maintenu - il nous faut quand même tenir compte d’une extraordinaire manipulation du marché par les banques elles-mêmes .

Dans le tableau qui suit, l’on peut constater que, ces dernières semaines, Goldman Sachs a effectué pour son compte propre des transactions (achats ou ventes) sur 1'041 Mio d’actions  , tandis qu’elle n’effectuait pour compte de tiers (pour ses clients) des transactions ne portant « que » sur 192 Mio d’actions. Cinq fois moins, donc.



Dans le même temps, elle annonçait le 14 avril dernier avoir levé 5 Mia USD, profitant du rebond  - alimenté par elle-même ?- pour placer son papier sur le marché.

 

Enfin, il est intéressant de noter que l’augmentation de capital précédente de Goldman Sachs avait aussi été effectuée en fin de phase de rebond technique, à la mi-septembre 2008. Il est évidemment plus facile de placer son papier dans une période haussière, si courte soit-elle, et, forcément,  le prix payé pour une nouvelle action est alors mécaniquement plus élevé.

 

Lire la suite

Stress test ( ou TCE ratio )

30 Avril 2009 , Rédigé par jean-christophe duplat Publié dans #Marchés financiers

Selon certaines rumeurs, les autorités américaines, qui doivent publier le résultat de la capacité des banques à honorer leurs engagements - le fameux stress test - le 4 mai prochain auraient fixé la limite à 3%.
Ces 3% étant le rapport entre la part des immobilisations (déduction faite de tout goodwill ou actif immatériel) et la valeur des actifs sous gestion.
Au 31 mars dernier, selon le site optionarmageddon, seule quatre des 19 banques sondées auraient été en mesure de réussir ce test.
L'on peut donc s'attendre à beaucoup de volatilité sur les marchés en attendant les résultats officiels. L'occasion de voir si la limite de 3% aura été revue à la baisse.
Lire la suite

A contre-courant, la Chine s'approvisonne en or

29 Avril 2009 , Rédigé par jean-christophe duplat Publié dans #Marchés financiers

Alors que les pays occidentaux, à l'occasion du G20, avaient pris la (probablement mauvaise) décision d'autoriser le FMI à vendre une partie de ses réserves d'or - cfr article - pour regarnir ses tiroirs bien trop vite vidés pour venir en aide aux établissements financiers, il appert aujourd'hui que la Chine, de son côté, profite de chaque baisse du prix de l'once d'or, pour renforcer ses positions. Lire cet article 

La Chine serait en conséquence très heureuse d'échanger ses USD contre l'or dont le FMI va se défaire. Signe des temps. Encore le moment de se dire que le monde tourne rapidement et que les décisions strétagiques ne se prennent plus à l'Ouest.
Lire la suite

L'hiver de Kondratieff

27 Avril 2009 , Rédigé par jean-christophe duplat Publié dans #Economie

L'économiste soviétique Nikolai Kondratieff a émis une théorie des cycles longs, indiquant que l'économie pouvait se décomposer en périodes de croissance et de déclin, qui durent chacune entre 50 et 60 ans.
Il avait prévu la grande dépression des années 30 et l'émergence du capitalisme. Ce qui lui a d'ailleurs valu les fureurs de Staline, qui l'a fait fusiller..

Le Cycle Kondratieff est constitué de saisons :

* Le Printemps - phase d'inflation, avec production en expansion, baisse du chômage, hausse des salaires, etc. Une phase qui dure environ 25 ans, la dernière s'est étalée de 1949 à 1966 (le baby-boom, les golden sixties..)

* L'Eté, qui correspond à une récession d'une dizaine d'années. La croissance a atteint les limites de l'utilsable. Baisse inhérente de la production, retour rapide du chômage et de l'inflation, qui atteint un pic en fin d'été. L'on se souvient des années 70 et du début des années 80, de la crise pétrolière, et de l'inflation galopante.

* L'Automne : croissance déflationiste, spécialisation de l'industrie, innovation, croissance rapide de la dette parce que la société s'oriente par la consommation ; ceci nous ramène à la fin des années '80, avec l'essor d'internet, l'hédonisme de la génération "baby-boom" caractérisé par une propension à recourir à l'endettement massif et, enfin le développement des biotechnologies dans les années 90. Cette phase dure également une petite quinzaine d'années.

*Enfin, l'Hiver fait suite à tous ces excès : l'économie se contracte de manière très forte, faisant s'envoler en fumée une partie des richesses accumulées durant les périodes précédentes. Kondratieff considérait l'hiver comme une "phase de nettoyage" de tous les excès et servant de fondation pour le futur, à rebâtir.
Cette phase - nous y sommes probablement - dure téhoriquement 3 à 5 ans, et s'ensuit d'une quinzaine d'années de croissance molle et de mise en veille de l'innovation.


Bref, vivement le printemps. Sur ce site, un graphe très bien fait qui retrace le cycle de Kondratieff et les actifs dont l'allocation est à privilégier en ces différentes saisons. Et qui confirme que l'or et le cash sont les valeurs-clé du moment.

Lire la suite

La crise, une opportunité ?

23 Avril 2009 , Rédigé par jean-christophe duplat

Pour certains, en tous cas, les événements de ces dernières semaines ont été propices au développement d'activités plutôt opportunistes.

Les diverses séquestrations auxquelles nous avons assistées - voir cet exemple  ou encore celui-là - ont fait le terreau de la société Vae Solis (traduction : "malheur aux gens seuls", faisant référence à la solitude du dirigeant), qui organise à présent des séances de coaching pour faire face à ce genre de prise d'otages...

Autre opportunité de développement d'affaires qui vient de jaillir, la plateforme www.illiquidx.com permet aux acteurs économiques blousés de trouver des acheteurs pour leurs actifs titrisés, warrants, actions, obligations, etc devenus totalement illiquides depuis l'asséchement du marché..


Lire la suite

Une rechute, quelques éléments de réponse

22 Avril 2009 , Rédigé par jean-christophe duplat Publié dans #Marchés financiers

Toujours dans le but de trouver quelques éléments tangibles qui pourraient indiquer une inversion de tendance sur les marchés, nous pouvons, après que les indices aient reculé en début de semaine d'environ 4% considérer ces deux-ci

La confiance était revenue chez les investisseurs après la hausse de ces dernières semaines : le bull/bear ratio, qui met en relation le nombre de positions longues par rapport aux positions courtes détenues par les acteurs de marché etait revenu en territoire positif, les haussiers (bulls) dépassant de 10% les baissiers (bears) , à 45%contre 35% environ. Le premier graphique montre les deux tendances, le second ne retrace que l'écart qui sépare les haussiers des baissiers. Il était repassé au-dessus de la tendance négative.





L'on a pu voir en fin de semaine dernière également une énième antagonie entre l'évolution du Cac40 et le put/call ratio (nombre d'options à la hausse par rapport au nombre d'options à la baisse, qui sont émises sur les marchés) ; il est frappant de noter que chaque sommet ou point bas atteint par ce ratio correspond à un renversement de tendance sur les marchés.


Le Vix enfin,  dont nous avons déjà parlé, est toujours un bon indicateur de sentiment des marchés. Il avait quitté la zone de "panique" qu'il avait atteint récemment pour revenir dans une certaine zone indiquant la confiance retrouvée des opérateurs.
Notons également que- alors qu'en période de marché haussier, le Vix se situe entre 20 et 30- il était revenu de 80 à 35 en quelque temps. Lors de la crise de 2001-2003, le Vix n'a jamais réussi à aller plus bas que ces 35 points, justement.

Lire la suite

le FMI revoit ses estimations à la hausse

21 Avril 2009 , Rédigé par jean-christophe duplat

4.100 Mia USD d'actifs toxiques; en incluant pour la première fois des dépréciations d'actifs sur de la dette émise en Europe et au Japon.. voir cet article
Il est utile de rappeler que les établissements financiers mondiaux n'en ont pour l'instant déclaré que pour l'équivalent de 1.000 Mia USD.
Plus de trois fois ce montant reste à être identifié, donc. Au minimum.
Celui qui se risque à acheter des valeurs financières aujourd'hui doit rester vigilant...
Lire la suite