Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Banques : actualisation du ratio fonds propres/en-cours

12 Septembre 2014 , Rédigé par jean-christophe duplat

Banques : actualisation du ratio fonds propres/en-cours

Pour faire suite à la saison des résultats 2013, nous avons remis à jour l’examen basique des fonds propres des banques cotées.

Rappelons en prélable que les accords de Bâle III prévoient des fonds propres « durs », composés uniquement d’actions et de bénéfices mis en réserve, de 7%. Ces nouveaux ratios ont été décrétés en mars 2010, depuis quatre ans, donc.

Malgré que Bâle III permette malgré tout toutes sortes de reclassements au niveau des fonds propres pour embellir ce ratio, nous préférons les analyser par voie classique, pour ne pas nous éloigner du bon sens paysan.

Quoi de plus important en effet, que de tester la solidité des banques par la mise en équation des fonds propres et leur passif, presque entièrement constitué des en-cours clients. De la sorte, l’on se rend mieux compte qu’un ratio de 1% met la banque en faillite – ou malheureusement plutôt sous tutelle du contribuable - lorsqu’elle essuie une perte de 1% sur un client déficient.

Le tableau qui suit met à jour celui publié en 2012.

Globalement les fonds propres des banques s’améliorent, excepté faite de Natixis (où la nomination du PDG est politique) et du Crédit Agricole.

Sans surprise, c’est KBC qui reste la plus solide des banques dites classiques, mais qui n’atteint toujours pas, selon les critères de 2010, les 7% nécessaires à la réussite de « stress-tests » qui seraient évalués correctement.

Si Dexia s’expose à 1.78% de risques, elle gomme l’entièreté de ses fonds propres, reconstitués avec ardeur et des augmentations de capital. Et avec 23 mia€ d’instruments de couverture à son passif (10% du total !), il pourrait encore y avoir des surprises.

Et comme pour faire la nique aux grandes banques, c’est une banque en ligne qui remporte ce test haut la main. Boursorama : 13.12% de fonds propres. Comme quoi, ces e-banques, décriées par les traditionnelles ( qui sont tellement sûres qu’elles offrent du service aux clients et que c’est par ce biais qu’elles sortiront de l’ornière ), ont de beaux jours devant elles.

Lire la suite