Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Déconnexion entre finance et politique

5 Août 2011 , Rédigé par jean-christophe duplat Publié dans #Macro-économie

Le Dow Jones, comme tous les indices européens,  a terminé hier en baisse pour le dixième jour consécutif.

Si la séance d’aujourd’hui se solde par une nouvelle baisse, cette série de 11 corrections consécutives nous ramène 37 ans en arrière, en octobre 1974 où elle fut « flashée » pour la dernière fois.

11-08-05-12-12-39.jpg

 

Si certains indicateurs tels (i) le VIX - indice jaugeant la peur des intervenants - qui a percé sa Bollinger supérieure, ou encore (ii) le pourcentage d’actions cotant encore au-dessus de leur moyenne à 50 jours, qui est passé en 10 jours de 65 à 15%, nous incitent à croire qu’un rebond dans ce grand marché baissier est proche.

vix-0711.png

 

sp500-vs-sp500-stocks-above-50d-sma-params-2y-x-x-x.png 

Ce prochain rebond pourrait être une occasion de vendre pour ceux qui n’ont pas protégé leurs avoirs, et de profiter de la probable accalmie, induisant une baisse passagère de l’once d’or, pour monter dans le train.

La déconnexion presque totale entre les marchés et le monde politique m’interpelle une fois de plus.

Nous avons assisté à un scénario hollywoodien, parfaitement mis en place et maîtrisé par le monde politique, lors de la renégociation du plafond de la dette américaine en début de semaine. Tout cela pour faire croire au monde entier que les politiciens sont encore aux manettes lorsque l’on parle d’économie, ce qui est assez pathétique.  Le contrôle des événements leur échappe.

Les Etats-Unis sont pourtant en faillite depuis 2 ans, lorsque la Fed a commencé à racheter la dette émise par le Trésor – elle en détient 40% - à défaut d’encore trouver des acheteurs de bons d’état. 

Barack Obama a besoin de 2'300 Mia USD pour terminer son mandat. On l’a vu précédemment, les Etats-Unis ont attendu 200 ans pour atteindre 1'000 Mia de dette, en 1980. En 30 ans, ce montant a été multiplié par 15. Le président actuel, lors de son investiture, voyait son compteur de dette à 9'800 Mia USD ; à la fin de son mandat, il en sera à  16'600, soit une augmentation de dette de 67%  en 4 ans !

D’autre part, le manque de transparence dans la communication de Jean-Claude Trichet, qui renvoyait hier les journalistes à lundi prochain pour avoir des éclaircissements quant au rachat éventuel de dette espagnole et italienne par la BCE a des conséquences désastreuses sur mes marchés qui ne croient plus aux discours de fuite en avant optimiste.

Enfin, cette interview dans De Tijd de la dirigeante d’Arcofin, premier actionnaire de Dexia et hautement politisé,  qui fait son lobbying et prétend –la veille de l’annonce de la perte de 4 Mia eur, que font les autorités ? – que le cours de Dexia est « fictif » et, en bonne adepte de la recherche d’une tête de turc, met ce cours prétendument bas sur le dos des vendeurs à découvert (rappelez-vous, c’est aussi eux qui avaient mis Fortis aux abois..).

Je soutiens toujours que les banques et assureurs ont encore beaucoup de « nettoyage » à faire, et a contrario, que ce sont plutôt les « magnifiques bénéfices » qu’ils avaient annoncés au cours des trimestres précédents qui sont fictifs..

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article