Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Panne de consommation ?

30 Octobre 2010 , Rédigé par jean-christophe duplat

La publication, ce midi, d’un « retour de la croissance grâce à la consommation » aux Etats-Unis, à de quoi nous laisser perplexe. Non seulement parce qu’elle ne s’élève qu’à 2% (en rythme annuel, 0.5% sur le trimestre donc), mais aussi parce que le cumul des deuxième et troisième trimestres équivalent au seul premier trimestre, qui indiquait une croissance de 3.7%.

On comprend que - sans logique particulière, mais c’est ce qui a fonctionné les 50 dernières années - le monde politique tente une nouvelle fois de se convaincre que la relance de l’économie passe par un soutien à la consommation.

 

La réalité est tout autre, et le graphique ci-dessous l’indique parfaitement : jusqu’à la crise de la dette initiée en 2007, et avant que l’hiver de Kondratieff ne frappe à la porte, les marchés financiers et le moral des consommateurs étaient intimement corrélés. Plus encore, depuis 2003, la hausse des marchés financiers avait même peut-être un effet bénéfique sur les intentions d’achat des personnes interrogées, puisque l’on voit que la hausse des marchés précède de peu la frénésie d’achat. Probablement ce sentiment de richesse induit par une bourse qui progresse et fait consommer.

wall_street_main_street.jpg

 

 

Mais aujourd’hui, ce système est en panne : la psychologie de l’investisseur et du consommateur semble être totalement délaissée par ces mêmes politiciens-statisticiens.

Alors que ces consommateurs sont toujours occupés à rembourser leurs dettes et prêts plutôt que de contracter de nouveaux emprunts, la dépense au quotidien semble être enrayée.

loans-us-291010.png

 

Le différentiel entre les deux paramètres du premier graphique nous montre que l’argent circule sur les marchés, mais n’est pas du tout présent dans le circuit de la consommation quotidienne. Il s’agit probablement de l’augmentation de la masse monétaire (le quantitative easing version 1.0 de la Fed), qui profite aux seuls établissements financiers bénéficiant de l’argent gratuit de Ben Bernanke.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article