Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le repli du Brent anticipe un retournement à la hausse du VIX : un tracker adéquat

9 Mai 2012 , Rédigé par jean-christophe duplat Publié dans #Marchés financiers

 

Le Brent – le baril de pétrole de la Mer du Nord – a plusieurs fois heurté le niveau des 126 USD, sans réussir à s’en affranchir, avant de refluer en moins d’un mois vers les 113 USD.

 

Or toute baisse significative du Brent a été suivie d’une hausse du VIX dans les deux mois qui ont suivi. Il se situe à 19.05 aujourd'hui.

 

Brent-Vix-090512.png

 

Cette hausse du VIX traduit un sentiment de grande fébrilité sur les marchés, et entraîne une baisse, parfois violente, des indices boursiers, comme en témoigne le comportement du S&P 500, en brun sur ce graphique.

Cette baisse des marchés correspondra probablement à une énième capitulation au sein du grand marché baissier actuel, et constituera alors seulement un point d'entrée intéressant.


VIX-SPX-090512.png

 

 

Afin d’anticiper cette probable accélération haussière du VIX, le tracker VQT permet d’en profiter.

Il s’agit d’un tracker qui est en temps normal investi partiellement en actions, en cash et en futures sur le VIX afin de battre le marché, avec un basculement total en futures sur le VIX lorsqu’il détecte une hausse de ce VIX.

La performance du VQT fut de +16% en 2011 tandis que pratiquement tous les marchés étaient perdants.  

 

VQT-090512.png

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

BA 10/05/2012 21:30

Vendredi 4 mai 2012 :

Le fonds souverain norvégien s'est débarrassé au cours du premier trimestre 2012 de la majorité des obligations souveraines dépréciées qu'il détenait au sein de la zone euro.

Le fonds a vendu ses obligations souveraines portugaises et irlandaises, et a également réduit ses investissements dans les dettes de plusieurs pays, dont l'Italie et l'Espagne, a précisé son
directeur général Yngve Slyngstad.

http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2012/05/04/97002-20120504FILWWW00583-la-norvege-se-mefie-de-la-zone-euro.php

Jeudi 10 mai 2012 :

China Investment Corporation ne veut plus de dette de la zone euro.

« Nos équipes cherchent toujours des opportunités d'investissement en Europe, mais nous ne voulons plus acheter d'emprunts d'Etat »... La remarque serait anodine si elle provenait d'un investisseur
lambda. Le problème est qu'elle a été formulée par le président de l'un des principaux fonds souverains chinois, China Investment Corporation (CIC). Créé en 2007, celui-ci gère la bagatelle de 440
milliards de dollars, ce qui le positionne comme le cinquième plus gros fonds souverain au monde selon le Sovereign Wealth Fund Institute.

S'agit-il d'une volte-face des autorités chinoises ? En février, le gouverneur de la banque centrale, Zhou Xiaochuan, indiquait que l'institution était prête à investir dans les fonds de sauvetage
européens et qu'elle continuerait à acheter de la dette souveraine de la zone euro. Pas forcément. En effet, CIC n'est pas le seul fonds souverain chinois et, contrairement au fonds SAFE (State
Administration of Foreign Exchange), sa priorité n'est pas d'investir sur le marché obligataire. Fin 2010, les obligations représentaient seulement 27 % de son portefeuille.

Nombreux sont les investisseurs qui, à l'instar de CIC, se tiennent à l'écart de la dette des pays de la zone euro, depuis que la tension est montée d'un cran, suite aux élections législatives en
Grèce, qui ont composé une chambre à la fois sans majorité et dominée par les opposants aux plans de rigueur dictés par l'Europe.

Selon un sondage effectué par Bloomberg auprès de quelque 1.500 investisseurs, analystes et traders, 57 % des opérateurs de marché estiment qu'au moins un pays aura abandonné l'euro d'ici à la fin
de l'année. 80 % d'entre eux s'attendent à une détérioration de la situation sur le marché obligataire.