Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

PSP Private Equity, un indice normalement précurseur de sortie de crise

7 Mars 2012 , Rédigé par jean-christophe duplat Publié dans #Marchés financiers

Nous avions à l’époque déterminé que la reprise des fusions et acquisitions de par le monde préfigurait un plus haut sur les marchés, et que ce signal était un bon indicateur de prises de bénéfice.

 

Pour compléter ces recherches, toujours en quête d’indicateurs avancés susceptible de nous signaler un renversement de tendance,  nous pourrions nous pencher sur une éventuelle reprise de l’activité des fonds de private equity, ces fonds qui investissent dans des entreprises non cotées, et qui acceptent de supporter des flux de trésorerie négatifs pendant quelques années, avant de revendre leurs participations une fois le « turnaround » -  la restructuration et le retour à la rentabilité - effectué.

 

Ces fonds devraient nous indiquer en priorité une sortie de crise puisqu’ils sont restés très actifs depuis le début de la crise de l’endettement, mi-2007 et, si la situation économique s’améliore réellement, leurs investissements de 2007 et 2008 devraient progressivement, après 3 ou 4 ans, retrouver une profitabilité, un cash-flow positif, qui leur permettraient d’avoir des actifs prêts à être revendus.

 

Le PSP est un des plus gros fonds de pension du secteur public coté aux USA, et qui investit principalement en private equity.

Voici sa performance depuis sa création, fin 2006.

 PSP-070312.png

 

En le représentant en parts du S&P500, l’on peut voir que son comportement sous-performe largement l’indice.

L’équilibre des volumes, qui devrait monter lorsque la situation est saine,  nous indique aussi une inquiétante faiblesse de la performance du private equity depuis mi-2011.

 

 PSP_SPX_070312.png

Ceci pourrait en conséquence nous confirmer (i) que la crise actuelle est très profonde et que les repères traditionnels des investisseurs – comme une revente bénéficiaire des participations après 5 ou 7 ans -  sont bousculés, mais aussi que (ii) le rebond boursier en cours est rapide, fragile et exagéré.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

BA 14/03/2012 21:32

Mercredi 14 mars 2012 :

Le budget de l'Union Européenne au bord du défaut, selon le Parlement européen

Le budget de l'Union européenne est "au bord du défaut", les grands contributeurs - fortement mis à contribution pour sauver l'euro - rechignant à augmenter leur participation, a averti mercredi
Alain Lamassoure, président de la commission des Budgets du Parlement européen.

La Commission européenne doit présenter le 26 avril sa proposition pour le budget 2013, mais il est "peu probable" que les Etats acceptent une augmentation, a estimé M. Lamassoure au cours d'un
point de presse au Parlement européen à Strasbourg avec le commissaire au Budget Janusz Lewandowski.

Les Etats ont imposé un budget d'austérité pour 2012 avec des dépenses limitées à 129,1 milliards d'euros, loin des 133,1 milliards demandés par le Parlement.

Le commissaire au Budget Janusz Lewandoswki a confirmé avoir des difficultés pour trouver 11 milliards d'euros afin de rembourser aux Etats les factures présentées fin 2011, et il a annoncé
travailler à un projet rectificatif nécessaire pour au moins la moitié de cette somme.

"Le budget européen n'a pas un euro de déficit, mais il est au bord du défaut", a lancé Alain Lamassoure.

"Nous sommes face à un problème politique. La France, l'Allemagne, les Pays Bas, la Finlande, l'Autriche, qui sont les pays contributeurs nets, refusent toute augmentation de leur contribution
nationale, car ils sont les principaux supports du fonds de sauvetage de l'euro et ils ne veulent pas payer deux fois", a-t-il expliqué.

http://www.boursorama.com/actualites/le-budget-de-l-ue-au-bord-du-defaut-selon-le-parlement-europeen-50ed664755db6a518316dffc504af25a